ZOO

Madeleine, résistante - T1 : La Rose Dégoupillée

couverture de l'album La Rose Dégoupillée

Série : Madeleine, résistanteTome : 1/2Éditeur : Dupuis

Scénario : Dominique Bertail, Jean-David Morvan, Madeleine Riffaud

Collectif :

Collection : Aire Libre

Genres : Aventure, Documentaire BD, Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 23.50€

  • ZOO
    note Zoo5.0

    Scénario

    5.0

    Dessin

    5.0
  • Lecteurs
    note lecteurs4.5
    1 note pour 0 critique

Le synopsis de l'album La Rose Dégoupillée

La petite Madeleine Riffaud, née en 1924, vit heureuse avec son grand-père et ses parents instituteurs. Du moins, jusqu'à ce que la Seconde Guerre mondiale n'éclate, que l'Exode ne jette la famille sur les routes et que l'adolescente, atteinte de tuberculose, soit envoyée dans un sanatorium perché dans les Alpes. Pourtant, Madeleine est bien résolue à réaliser un projet fou et nécessaire : trouver des résistants et lutter contre l'occupant. Elle y parviendra, sous le nom de code "Rainer". Son entrée dans la Résistance ne sera que le premier acte d'un destin exceptionnel qu'elle raconte aujourd'hui dans une première trilogie nourrie des milliers de détails d'une mémoire qui n'a rien oublié...


Une BD somptueuse sur la Résistance, l'amour et l'amour de la Résistance

Une BD somptueuse sur la Résistance, l'amour et l'amour de la Résistance : c'est certainement la meilleure manière de présenter le premier tome de Madeleine Résistante, une pépite historique, politique et sentimentale orchestré par le scénariste Jean-David Morvan et dessinée avec brio par Dominique Bertail. Sensations fortes et suspense garantis.

Fille d'instituteurs de la République, Madeleine Riffaud, joli brin de fille, en a dans le ciboulot. Dans ses veines coule le sang de l'engagement politique à une époque où il est tout sauf simple de s'engager dans la Résistance : les Boches veillent au grain. Poussée par ses parents dans les bras d'un homme de l'ombre, elle va en tomber amoureuse. Mais elle aime bien plus encore l'idée qu'elle caresse depuis longtemps : rejoindre les rangs de ceux qui, comme son compagnon, ont fermement décidé de dire non à l'occupant.

Du sanatorium où elle soigne sa tuberculose aux premières missions de bravoure qu'on lui confie dans la capitale, on suit pas à pas l'entrée de Madeleine en Résistance. Avec bienveillance, mais fermeté : bien que femme en des temps où seuls les mâles ont le droit à la parole et aux choix de société, la petite ne s'en laisse pas conter, bien décidée à mener sa barque dans les méandres du deuxième conflit mondial. Jean-David Morvan excelle une nouvelle fois dans l'art de raconter une histoire pleine de profondeur avec la légèreté nécessaire pour nous faire foncer tête baissée dans son récit au cordeau.

Madeleine, Résistante T.1 - La rose dégoupillée

Madeleine, Résistante T.1 - La Rose dégoupillée © Dupuis, 2022

Le trait à la fois réaliste, expressif et soigné de Dominique Bertail, et le choix d'un dessin en noir, blanc et en déclinaisons de bleu, se prête à merveille à ce premier volet, La Rose dégoupillée. A l'heure où sont écrites ces lignes, voilà bientôt un an que cet exceptionnel album a vu le jour. Mais il en va ainsi depuis désormais quelques décennies : journalistes comme libraires se retrouvent tellement noyés dans le torrent de sortie du Neuvième Art qu'ils en passent à parfois à côté de titres incontournables. Madeleine, Résistante, en fait hautement partie.

Comme tout choix, en particulier lorsqu'il s'agit d'amour et de convictions politiques, Madeleine va devoir trancher. Car rester avec celui qui fait battre son cœur et évolue, comme elle, dans le réseau des Résistants, représente un risque considérable au vu de la violence nazie en 1939-1945 : elle est sans limite, et tous ceux qui ont lutté contre, dans l'ombre mais droits dans leurs bottes, le savent bien. La vraie question est de savoir combien de temps les auteurs demanderont à leurs lecteurs de tenir pour connaître la suite. Il faut savoir résister. Pour mieux vivre.


Les 4 actualités autour de l'album La Rose Dégoupillée

Toutes les actualités
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaire et critiques (1)

La vie de Madeleine Riffaud est tellement passionnante que le choix éditorial aurait pu être une publication en un seul (gros) volume, centré sur le propos, avec un dessin rapidement jeté pour prémâcher la lecture. Nombre d'ouvrages estimables sont nés ainsi. En s'alliant avec le brillant dessinateur Dominique Bertail, Jean David Morvan a permis un autre chemin. Bertail compose de véritables tableaux : il ajoute une nouvelle dimension aux mots de Madeleine mis en forme par Morvan, particulièrement inspiré. Le tout avec la désormais célèbre mise en couleur directe de l’artiste, en bleu. L'équilibre ici obtenu est parfait.
Quand Madeleine se retrouve sur la route de l'exode, nous comprenons la résignation abasourdie d'un peuple sonné, puis l’affolement quand les Stukas attaquent. Quand elle se retrouve dans cet immense sanatorium perdu en Chartreuse, nous vivons avec elle ce moment d'éternité qui l'amènera à faire un choix déterminant pour la suite de sa vie. Quand Madeleine traverse la capitale occupée en portant un lourd paquet pour la Résistance, nous ressentons la détermination de la jeune fille dans ce Paris qui fait peur.
Indispensable.

Le 12/05/2023 à 23h36