ZOO

Nains - T2 : Ordo du Talion (Septembre 2015)

couverture de l'album Ordo du Talion

Série : NainsTome : 2/16Éditeur : Soleil

Scénario : Nicolas JarryDessin : Stéphane Créty

Collection : Heroic fantasy

Genres : Heroic fantasy

Public : À partir de 12 ans

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 1.5

Scénario

2.0

Dessin

1.0

Révolté d’être devenu un assassin malgré lui, Ordo du Talion va s’attaquer à son ordre pour se venger de tous ceux qui l’ont fait souffrir. Comme les Elfes, les Nains ont le droit à leur sombre race d’assassins. Orchestrée par Nicolas Jarry et Stéphane Créty, cette bande dessinée sur les Nains assassins n’arrive malheureusement pas à la cheville de celle sur leurs confrères noirs aux oreilles pointues.

Prédestiné à devenir un membre de la Loge noire, Ordo est abandonné par son père à l’âge de six ans. Bien décidé à se venger, il s’allie à la Naine qu’il est chargé de tuer pour prendre d’assaut, à dos de dragon, la forteresse de Draz, cœur du pouvoir de l’Ordre du Talion.

Nains T.2

Les clichés ont la vie dure : il n’était pas évident de s’attaquer à la branche discrète et assassine d’une race plus connue pour son goût pour l’or et la bonne bière. Ce défi est relevé par Nicolas Jarry, qui réunit tous les ingrédients pour faire prendre la sauce dans ce second tome de la série des Nains. Malheureusement, les histoires d’amour impossible, le goût de la revanche romantique et la chevauchée d’un dragon fantastique ne parviennent pas à rendre ce tome mémorable.

Outre le manque de charisme du héros et de ses acolytes, l’échec de ce récit tient dans le dessin plutôt grossier de Stéphane Créty. Gros traits noirs imprécis pour les personnages, effets d’ombre vulgaires et rythme d’action non maîtrisé, les planches de cette bande dessinée ne font pas décoller le scénario déjà cliché.

N’est pas noir qui le veut. À côté de la classe et la réussite du premier tome des Elfes noirs, ce deuxième tome offre un récit de Nain assassin pataud à la fin aussi brutale que les couleurs utilisées tout au long de l’histoire. Dommage.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants