ZOO

Neska du clan du lierre - T1 : Neska du clan du lierre - Le Marché des coccinelles (Janvier 2016)

couverture de l'album Neska du clan du lierre - Le Marché des coccinelles

Série : Neska du clan du lierreTome : 1/1Éditeur : Delcourt

Scénario : Louise JoorDessin : Louise Joor

Collection : Terres de Légendes

Genres : Aventure, Fantastique

Public : Tout public

Prix : 12.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

4.5

La jeune Neska, du peuple escargot, perd sa mère en pleine zone interdite. Un immense, tout droit sorti de leurs légendes, l'a enlevée mettant ainsi l'équilibre de tout leur clan en péril. Pour passer l'hiver, le clan des lierres n'a alors qu'une solution : demander l'aide de ses semblables. Cette quête permet à Louise Joor d'explorer le monde hybride qu'elle a créé d'un trait adorable.

La jeune Neska allait apprendre de sa mère le secret des appeleurs, qui ont la charge de rabattre des escargots vers le campement, quand elles sont surprises par un immense. Ce géant capture sa mère alors que Neska se découvre le don d'attirer les insectes. Une fois le choc passé, elle court chercher de l'aide mais personne ne la croit : les « deux-pattes » plus grands que des insectes n'existent que dans les légendes...

Neska et le clan du lierre T.1

Le récit assez classique de ce premier tome parlera aux petits comme aux grands. Les plus jeunes se passionneront pour les aventures de Neska, plus petite qu'un escargot, plus naïve qu'une coccinelle mais plus courageuse que tous... Et les grands seront captés avant tout par cet univers merveilleux où une toile d'araignée est un piège et les coquilles d'escargot des maisons.

Si l'univers fonctionne si bien de bout en bout du récit, c'est par la magie du dessin : ce premier tome dose parfaitement foisonnement du végétal et avancée rapide de l’intrigue. Le trait rond et les couleurs rafraîchissantes rendent gaie et vive cette épopée du minuscule. Quant aux différents peuples et leurs insectes associés, ils dépaysent sans tomber dans le bizarre.

Louise Joor revient à la forêt qu’elle avait déjà placée au centre de sa Kanopé. Avec l’angle du minuscule, elle offre un nouveau regard sur la menace de l’équilibre écologique, un thème déjà très fort dans son œuvre précédente.

Pour aller plus loin

Anecdotes

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

note de la critique de soso

Une belle histoire pour commencer cette série, dont le scénario est bien travaillé et est pédagogique avec un apprentissage des noms des insectes et des plantes.

Posté le 08/02/2016 à 11h36

Une belle histoire pour commencer cette série, dont le scénario est bien travaillé et est pédagogique avec un apprentissage des noms des insectes et des plantes.

Posté le 06/02/2016 à 10h59