ZOO

Orphelins - T6 : Rock'n'Roll (Juin 2016)

couverture de l'album Rock'n'Roll

Série : OrphelinsTome : 6/6Éditeur : Glénat Comics

Scénario : Roberto RecchioniDessin : Emiliano Mammucari

Collection : Comics

Genres : Science-Fiction

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Ce sixième et dernier tome d’Orphelins, une BD de science-fiction qui a fait ses preuves, propose une histoire haletante et de qualité ! Roberto Recchioni et Emiliano Mammucari offrent une performance maîtrisée qui apporte à la bande dessinée européenne un nouveau titre de qualité résolument comics.

Les Orphelins n’existent plus. L’escouade d’élite chargée de venger la Terre de son agression s’est déchirée en apprenant que l'attaque dont a été victime la planète bleue est due à une erreur scientifique. Les survivants se sont lancés dans une course contre la montre afin d’amener la vérité sur Terre. Alors que certains invoquent la nécessité de dire la vérité à l’humanité, une autre partie du groupe cherche avant tout à préserver ce qu’il reste d’ordre sur Terre et à éviter que l’humanité ne s’effondre définitivement. Deux choix diamétralement opposés pour un final en beauté !

Orphelins T.6

L’application avec laquelle Emiliano Mammucari dessine ce dernier tome est aussi toute en beauté. Loin des pages qui semblaient bâclées lors des premiers tomes, Rock’n’Roll offre une qualité de dessins que l’avait que trop rarement eu l’occasion d’apprécier.

Le talent de scénariste de Roberto Recchioni, lui, n’est plus à démontrer : cette fin grandiose est la vraie marche qui fait entrer Orphelins dans le monde des grandes BD de science-fiction. Si les personnages restent encore un peu caricaturaux, ils gardent ici une cohérence qui permet au lecteur de s’accrocher à tous. Les morts successives sont de vraies pertes pour le lecteur autant que pour les protagonistes !

Le final est un vrai retournement comme la SF sait en réserver à ses fans : pas de gagnants, que des perdants ! On aime et ne peut que conseiller !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants