ZOO

Reines de Sang - Constance d'Antioche - T2 : La Princesse rebelle T.2 (Janvier 2020)

couverture de l'album La Princesse rebelle T.2

Série : Reines de Sang - Constance d'AntiocheTome : 2/2Éditeur : Delcourt

Scénario : Jean-Pierre PécauDessin : Gabriele ParmaColoriste : Dimitri Fogolin, Sébastien Lamirand

Collection : Histoire et Histoires

Genres : Historique

Public : Tout public

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.5

Dessin

2.5

Constance, princesse d’Antioche, avait raison face à son mari. La bataille d’Inab en 1149, voulue par son époux, est un désastre. La revoilà veuve et sans la fine fleur de la chevalerie franque. Le siège d’Antioche par les forces de Nur Ad Din commence. Dans cet album palpitant, elle devra tenir jusqu’à l’arrivée des renforts demandés au roi de Jérusalem son cousin.

Une armée nombreuse arrive aux portes de la ville. Alors que les soldats veulent les ouvrir pour l’accueillir, Constance joue la prudence. Elle a raison : ce n’est pas un renfort franc mais les forces de Nur Ad Din. Heureusement, sans machine de guerre, les assauts répétés se fracassent contre la muraille et les flèches d’Antioche. Si la ville tient, la famine pourrait faire céder les hommes. Constance les exhorte à résister, portant la ville à bout de bras.

Le récit s’emploie avec succès à faire connaître Constance, femme de combat, indépendante et fine stratège. Il met également au premier plan l’Histoire du Proche-Orient du XIIe siècle. Ce deuxième tome explore davantage la difficulté d’être une femme de tête dans ce monde de chevaliers. De même, il met en lumière avec pédagogie à travers les querelles intestines entre Occidentaux, une des raisons de la chute des royaumes chrétiens d’Orient. Jean-Pierre Pécau, réussit habilement à provoquer l’empathie pour cette princesse, peut-être simplement parce qu’elle n’a pas réellement de sang sur les mains, contrairement aux autres dirigeantes de la série.

Les décors et l’atmosphère font mouche sous les traits de crayon de Gabriele Parma. Hélas, les scènes de bataille se révèlent peu convaincantes, avec la représentation parfois naïve de certains visages.

Constance d’Antioche révèle la vie intéressante d’une princesse sage dans une époque qui l’était moins...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants