ZOO

Requiem Chevalier Vampire - T12 : La chute de Dracula

couverture de l'album La chute de Dracula

Série : Requiem Chevalier VampireTome : 12/12Éditeur : Glénat BD

Auteur : Traducteur : Jacques Collin

Collection : 24x32

Genres : Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 16.95€

  • ZOO
    note Zoo5.0

    Scénario

    5.0

    Dessin

    5.0
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Le synopsis de l'album La chute de Dracula

Dracula s'apprête à organiser un grand banquet de la victoire pour ses chevaliers vampires... et c'est l'occasion pour Requiem de le détruire D'autant que durant le même banquet Deucalion et un Séraphin ange de l'antimatière vont aussi tenter de vaincre le maître des vampires Pour mener à bien son projet Requiem après avoir défait Otto et délivré Rebecca se voit remettre le Marteau de Thurim des mains de Black Sabbat Mais en chemin il est retardé par le défilé de la victoire qui l'empêche de se rendre au banquet Il va devoir affronter les loups-garous de Torquemada avant de faire face à son géniteur... Olivier Ledroit signe son grand retour à l'univers de Requiem avec cette première nouveauté de la série depuis douze ans Plébiscitée par les amateurs de dark fantasy cette série gothique culte revient avec un avant-dernier tome au graphisme toujours aussi époustouflant et à la pagination augmentée pour amplifier sa dimension spectaculaire Le tout en...

Lire le synopsis

L'enfer retrouvé

Requiem, réincarnation de Thurim, s’apprête à embrasser sa destinée en affrontant Dracula. Mais avant, il convient de mettre fin au dernier tiraillement moral que lui remémore Rebecca, cet amour défunt et interdit. Requiem doit pour cela affronter son ami Otto une bonne fois pour toute.

Débutée en 2000, Requiem Chevalier Vampire est devenue, tome après tome, l’un des délires graphiques les plus phénoménaux du Neuvième Art. Le pitch ? Une plongée infernale en compagnie de Einrich, un officier nazi condamné (logiquement) à la dimension la moins enviable qui soit : l’enfer. Réincarné en chevalier vampire sous le nom de Requiem, il se retrouve embarqué dans un gloubi-boulga d’intrigues aussi méphitiques que politiques.

Jugement avant-dernier

Douze années se sont écoulées depuis la sortie du tome 11. Il est réjouissant de voir ce 12e tome amorcer la conclusion d’une série que l’on n’attendait plus. En effet, dans cette Chute de Dracula, les règlements de compte sont au menu et on sent que les auteurs s’y sont fait plaisir. Le climax principal de l’album se déroulant pendant un banquet démoniaque savoureusement gratiné (Baba Yaga, Robespierre, Raspoutine et l’empoisonneuse Françoise Filastre sont de la fête), Pat Mills et Olivier Ledroit y ont vu le meilleur moment pour s’exprimer sur des sujets de société.

Requiem, T. 12

Requiem, T. 12 © Glénat

La science et les nouvelles technologies, par exemple, se prennent une petite mandale bien placée (même en enfer, les NFTS et la cryptomonnaie ne sont pas en odeur de sainteté). Savoureux, libérateur et sans une once de sobriété, ce tome 12 tranche dans le vif du sujet avec un graphisme qui se passe de commentaires.

Si le diable se trouve dans les détails, force est de constater que Ledroit a respecté cet adage à la lettre. Chaque page mériterait 10 minutes d’attention minutieuse pour décortiquer les petits éléments qui foisonnent dans l’arrière-plan de chaque peinture. Olivier Ledroit est un dessinateur extraordinaire, digne de siéger à la table de Moebius, Philippe Druillet et Enki Bilal. Si ce douzième tome de la série est un cadeau qui s’est fait attendre trop longtemps, il est à noter qu’il s’agit du tome le plus long de la série à ce jour, donc savourons !

En tant que lecteur, nous n’avons plus qu’à espérer que le 13e et dernier tome ne sorte pas dans treize ans…


Les 2 actualités autour de l'album La chute de Dracula

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants