ZOO

Révolution - T1 : Liberté

couverture de l'album Liberté

Série : RévolutionTome : 1/2Éditeur : Actes Sud - l'AN 2

Scénario : Younn LocardDessin : Florent Grouazel

Genres : Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 26.00€

  • ZOO
    note Zoo5.0

    Scénario

    5.0

    Dessin

    5.0
  • Lecteurs
    note lecteurs3.5
    1 note pour 0 critique

Le synopsis de l'album Liberté

Premier volume de "Révolution", une trilogie sur la Révolution française, "Liberté" ressuscite 1789 en se promenant dans tous les étages de la société. Une fresque grandiose, brassant de multiples personnages et qui totalisera près de 1000 pages. Un livre-événement, par les auteurs d'"Eloi"


La critique ZOO sur l'album Liberté

Il y a cinq ans, en janvier 2019, le premier tome de la série Révolution sortait : le bien-nommé Liberté, prémices d'une gigantesque fresque sur la Révolution française. Quatre ans après, en janvier 2023, paraissait le premier livre du tome 2, Égalité. Il était incontournable de parler, avec du recul, d'un des plus gros travail jamais accompli en bande dessinée sur cette période historique déterminante pour l'Hexagone. Une série de très haute voltige, aussi bien dans le récit que le dessin, bluffants, de Florent Grouazel et Younn Locard. Ah ça ira, ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne...

En pleine Révolution française. C'est là, en 1789, que débute la série Révolution, un bijou historico-romanesque signé, texte et dessin, par le duo Florent Grouazel et Younn Locard. Entre Robespierre, Marat et les autres, évoluent une foule de personnages qui refusent de continuer à vivre dans l'ancien monde. Les revendications pleuvent et sifflent comme des baïonnettes. C'est la quête de liberté, décrite avec talent par le duo d'auteurs. C'est aussi, logiquement, le nom du premier tome de cette trilogie, qui comptera quatre volumes puisque le tome 2, Égalité, est divisé en deux parties tant la période et la tâche sont vastes.

Révolution tome 1 - Liberté

Révolution, T. 1 - Liberté © Actes Sud, 2019

Après avoir quitté, en octobre 1789, cette famille aussi infinie qu'attachante et surprenante de personnages qui évoluent dans toutes les sphères de la société d'alors et veulent en finir pour de bon avec la royauté, on les retrouve avec plaisir et attente dans le Paris de février 1791, date à laquelle débutent les quelque trois cents pages du premier livre de ce deuxième tome. Les députés bossent sur la première Constitution française et essaient, tant bien que mal, de mettre sous cloche le feu révolutionnaire. Mais il fait bois de chaque détail. Et c'est justement, comme le dit l'expression, dans les détails que se cache le diable.

On croise le journaliste Jérôme Laigret, un odieux conservateur en première ligne de ceux qui veulent bec et ongles freiner la marche vers l'égalité : comprenez bien, elle serait loin d'arranger tout le monde, en particulier ceux qui, déjà, s'abreuvent à la source de la fracture sociale. Il y a aussi les frères de Kervélégan, deux Bretons têtus comme des mules : Augustin, député en vue du Tiers-État à l'Assemblée constituante, que la domestique, Louise, tente d'informer des noirs desseins du journaleux Laigret, mais aussi son frère Abel, qui fait tourner à plein régime les fameuses faïenceries de Quimper pour fabriquer et vendre de la vaisselle patriotique.

Révolution tome 1 - Liberté

Révolution, T. 1 - Liberté © Actes Sud, 2019

Dans Révolution coexistent également une multitude de personnages qui fréquentent les clubs, lisent la presse, ont un appétit de connaissances commun mais des idées et des attentes sociétales diverses. L'art de Grouazel et Locard est de parvenir, tels deux magiciens mais surtout à l'issue d'un travail que l'on imagine acharné, à entremêler tout ce bon monde, en faire ressortir les relations cruciales dans le combat pour la liberté et l'égalité. On vit chaque dialogue, on habite chaque case.

C'est notre France à tous qui se déroule sous nos yeux et sur un très beau papier (merci à Actes Sud – l'An 2 pour un tel effort éditorial). Les scènes de batailles et de rassemblements, en pleines ou doubles pages, donnent le ton graphique de cette saga d'une rare intelligence : un dessin grandiose, un soin apporté à chaque détail pour composer un ensemble au port altier, grâce à de solides bases.

Ce n'est pas un hasard si le premier tome, Liberté, a remporté un florilège de prix, dont le suprême : le Fauve d'or du meilleur album à Angoulême, en 2020. On attend désormais avec une impatience ni feinte, ni dissimulée, le livre 2 d'Egalité et le tome III : … ou la mort. Tout un programme, dont on connaît déjà la fin. Mais l'art des auteurs est de mettre sur pieds ce qui se passe dans chaque chapitre charnière de cette époque historique. La Révolution serait morte ? Alors vive Révolution.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants