ZOO

RIP - T6 : Eugène, Toutes les bonnes choses ont une fin

couverture de l'album Eugène, Toutes les bonnes choses ont une fin

Série : RIPTome : 6/6Éditeur : Petit à petit

Dessin : Julien MonierAuteur :

Genres : Polar / Thriller

Public : À partir de 16 ans

Prix : 17.90€

  • ZOO
    note Zoo4.0

    Scénario

    4.0

    Dessin

    4.0
  • note lecteurs4.2
    5 notes pour 3 critiques

Le synopsis de l'album Eugène, Toutes les bonnes choses ont une fin

Ils nous bouffent notre pain. Ils piquent nos gagne-pains. Des pains dans la tronche, c’est tout ce qu’ils méritent ! Comment ça, faut que j’me calme !? Vous savez à qui vous avez affaire ? Je suis Eugène ! Et il est pas né celui qui va me dire ce que je dois faire ou pas faire. Je me suis pas tapé des mois de mitard pour qu’une fois dehors on vienne me faire chier. Et pas question que je paie à cause de celui qui a chouravé cette maudite bague. Faut que je la retrouve, ainsi je serai enfin blanc comme neige. Après tout, ne dit-on pas que toutes les bonnes choses ont une fin ?


Que RIP repose désormais en paix pour l'éternité

L’ultime tome de RIP, scénarisé par Gaet’s et dessiné par Julien Monier, est aussi captivant que les cinq premiers. Cette série glaçante et truffée d’humour est devenue la reine des polars. Un coup de maître des auteurs et de leur éditeur. Rest in peace.

Il n’est pas né, celui qui fera fermer sa gueule à Eugène. Raciste primaire, enfant brisé devenu un homme violent et un délinquant initié à la criminalité en cabane, ce grand balèze à la queue de cheval et au bras gauche encré de motifs tribaux n’est pas le plus finaud de la bande qui compose RIP.

RIP, T.6, Eugène, toutes les bonnes choses ont une fin

RIP, T.6, Eugène, toutes les bonnes choses ont une fin © Éditions Petit à Petit, 2023

Au fil de six personnages et autant de tomes, la saga noire, glaçante et drôle écrite par Gaet’s et dessinée par Julien Monier, brosse une bande de mecs de tous âges et tous horizons. Ils bossent pour une société de nettoyage de scènes macabres. Suicides, meurtres, morts naturelles… tout y passe. Du meilleur au pire. Mais souvent le pire. Derrick, Maurice, Ahmed, Albert, Fanette et maintenant Eugène : la même intrigue est vue à travers le prisme de chacun de ces six personnages au fil des six tomes. Brillant.

Une bague maudite

Une bague volée les rend fous. Au point de commettre l’irréparable, comme Eugène. Car l’armoire à glace basse de plafond est capable de tout. Pas de filtres, pas de limites à la connerie. Comme l’annonce d’emblée le titre de ce sixième et ultime tome de la série RIP, "toutes les bonnes choses ont une fin'. Les auteurs ne croient pas si bien dire en nous laissant ainsi sur la notre. RIP fait définitivement partie des meilleures séries polar. Qu’elle repose désormais en paix.

Article publié dans le Mag ZOO N°94 Septembre-Octobre 2023


L'actualité autour de l'album Eugène, Toutes les bonnes choses ont une fin


La bande annonce sur l'album Eugène, Toutes les bonnes choses ont une fin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (3)

note de la critique de SuperMax

3.5

Le gars dit que voilà, c'est la fin de la série avec ce tome 6. Il est un peu déçu, trouve que la fin aurait pu être plus pétaradante, moins gentille, tu vois ? Il râle sur le fait qu'un des personnages, Eugène, ait trop d'excuses pour être un sale type. Il voulait une fin plus hardcore, pas une histoire si simpliste. Mais bon, malgré tout ça, il reconnaît que l'intrigue est bien foutue avec les différents personnages qui racontent la même histoire sous des angles différents. Il dit "good job" à l'auteur pour ça. Le dessin, il trouve que c'est toujours aussi détaillé, les personnages bien dessinés, et les couleurs collent bien à l'ambiance glauque de l'histoire. Au final, il dit que c'est une très bonne série, mais il est quand même vénère parce qu'il n'a pas eu la fin qu'il voulait. Il pense même à faire quelques longueurs pour se calmer. Plouf, quoi !





Le 30/09/2023 à 18h27

note de la critique de NGOU

5.0

La série "RIP" de Gaet’s et Julien Monier se termine de manière brillante avec "Eugène : Toutes les bonnes choses ont une fin". Cette série de portraits sombres et morbides a été saluée pour sa cohérence, ses références culturelles, et son dessin semi-réaliste immersif. "RIP" a rencontré un succès public et critique mérité et suscite l'attente pour une exposition à la prochaine édition de Quai des Bulles...

Le 19/09/2023 à 21h34

note de la critique de SuperDad

4.5

La série "RIP" de Gaet’s et Julien Monier se conclut brillamment avec son sixième volet intitulé "Eugène : Toutes les bonnes choses ont une fin". Dans cette série de portraits pittoresques et morbides, les auteurs ont réussi à créer une galerie de personnages sombres et troublants, dont Eugène est le dernier en date. Ce personnage est dépeint comme raciste, violent, agressif et malsain, suscitant peu ou pas d'empathie chez le lecteur.

Gaet’s a parfaitement ficelé cette série au concept novateur et efficace, en nous offrant un polar prenant rempli de références à la littérature, au cinéma, à la chanson et au neuvième art. Il a su maintenir un niveau de qualité constant tout au long de la série, livrant ainsi une expérience de lecture cohérente et captivante.

Le dessin semi réaliste de Julien Monier est un autre point fort de la série, permettant de donner vie à des personnages et des décors sinistres tout en créant une atmosphère suffocante grâce à une colorisation numérique et des effets néon bien travaillés.

Le 17/09/2023 à 16h14