ZOO

Rock Mastard - T2 : Pas de deo gratias pour Rock Mastard (Avril 1983)

couverture de l'album Pas de deo gratias pour Rock Mastard

Série : Rock MastardTome : 2/2Éditeur : Futuropolis

Scénario : Philippe DelanDessin : François BoucqColoriste : Ngam

Collection : Hic et Nunc

Genres : Humour

Public : À partir de 12 ans

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

Le résumé de l'album

Les Moinot sont heureux ! Ils ont découvert le nid d'amour qu'ils souhaitaient au second étage d'une HLM portant le n° 109 d'une riante cité de banlieue. Ils font connaissance avec leurs délirants voisins... A leur arrivée, Monsieur et Madame Moinot sont évidemment accueillis par le gardien de l'immeuble. De toute évidence, la sécurité règne dans le bâtiment : Marcel est un vrai costaud tout bodybuildé et il a l'art et la manière de faire respecter l'ordre et développer le sens civique des habitants. Son chien du genre policier a aussi des arguments très persuasifs. Irina, sa pulpeuse compagne russe est, elle, très avenante. Au rez-de-chaussée, vit également Marie-Rose, une octogénaire toujours demoiselle, plutôt imposante, à l'esprit vif, très serviable, mais mauvaise langue. Sur le même palier que les nouveaux venus, habitent Iggy et Luna, un couple très «gothique» fana de hard rock et sans tabous... Tout s'annonce bien pour les Moinot, si ce n'est que le déménageur s'est trompé et a expédié les meubles à une autre adresse... Par chance, il y a les voisins ! Le 28 juin 2006, Coyote et Nini ont reçu le label Isidor / Homoedu (voir l'article) pour "Les voisins du 109" à la librairie du BHV à Paris. Lors du festival BD de Chambéry (octobre 2006), "Vendredi" a été doublement primé : Prix "Evasion", décerné par les jeunes détenus de la maison d'arrêt de Chambéry et d'Aiton. Prix du public, décerné par les lecteurs de la Médiathèque de Chambéry. Fonds d'écran

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de greatheavy

Dans la lignee de l'episode precedant - bien que cet album soit independant. Amusant cette idee d'utiliser un casting identique de personnages pour des roles differents - mais nous restons dans l'absurde et le superficiel, avec un scenario caricatural d'un James bond... toujours avec le trait agreable de Boucq. a survoler... Moins attachant que d'autres anti-heros. Peut-etre une autre epoque?

Posté le 19/11/2015 à 10h17