ZOO

Spyware - T1 : Spyware T.1 Otaku (Juin 2013)

couverture de l'album Spyware T.1 Otaku

Série : SpywareTome : 1/2Éditeur : Sandawe

Scénario : Didier Quella-GuyotDessin : Jean-Claude Bauer

Genres : Polar / Thriller

Public : À partir de 16 ans

Prix : 11.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.0

Scénario

1.0

Dessin

2.0

Cette bande dessinée au scénario brutal et au graphisme parfois cru brandit l'épouvantail d'Internet et des nouvelles technologies pour jouer avec nos peurs. De là à comparer l'Otaku de Spyware au Big Brother de 1984... autant comparer Fifty shades of Grey au Kamasutra !

George Orwell avait vu juste ! Internet a pris une place centrale dans notre culture moderne et il n'y a plus un smartphone ou une tablette que les services secrets ne sont plus capables d'espionner. Le journaliste et scénariste Quella-Guyot surfe sur cette peur pour créer un piège paranoïaque.

Son personnage principal, Cham, découvre dans la vitrine d'une librairie un roman signé de son nom. Le problème est qu'il ne l'a pas écrit ! Noyé dans ses antidépresseurs, errant dans le monde entre deux séances de psy, il se demande s'il ne devient pas fou jusqu'au moment où son ordinateur lui parle, sous le nom mystérieux d'Otaku.

La formule aurait pu fonctionner si ce premier tome ne se perdait pas dans la banalité du quotidien de ses personnages et la vulgarité affligeante des différents protagonistes. Cette volonté réaliste appauvrit le récit et rend difficile la lecture de ce scénario peu subtil. Le rebondissement intéressant de l'histoire n'arrive qu'à la dernière page. Le reste n'est qu'une séance de voyeurisme au cœur des névroses du personnage principal.

Côté dessin, le coup de crayon de Jean-Claude Bauer affirme l'aspect brut et parfois agressif de l'ensemble de ce premier tome. Le malaise ressentit par le lecteur est bien présent. Il n'est pas sûr que cela était un si bon effet à rechercher.

Otaku joue avec la nervosité des fans de la théorie du complot mais horripile un peu de par son style. Attention aux bugs !

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants