ZOO

Tango - T3 : À l'ombre du Panama (Septembre 2019)

couverture de l'album À l'ombre du Panama

Série : TangoTome : 3/3Éditeur : Le Lombard

Scénario : MatzDessin : XavierColoriste : Jérôme Maffre

Genres : Aventure, Polar / Thriller

Public : À partir de 12 ans

Prix : 14.45€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Après avoir quitté le petit coin de paradis des Caraïbes, John Tango et Mario, l’ex flic, partent en direction de Panama. Lors d’une escale à Curaçao, ils sympathisent avec Charles Muller qui, pour échapper à un trio de tueurs lancé à ses trousses, embarque discrètement sur leur voilier. Ainsi démarre cette troisième aventure de Tango qui s’annonce aussi agitée que les deux précédentes.

En fait, ce passager clandestin qui dispose de plusieurs faux passeports, s’appelle Laurent Beyrand. Cet ancien maire et conseiller général est recherché par la police française pour de multiples délits d’ordre financier allant du détournement de fonds publics au classique blanchiment d’argent sale dans les paradis fiscaux. Mais ses agissements n’ont pas échappé à d’autres requins qui entendent le liquider après avoir fait main basse sur son pactole. Impliqués à leur corps défendant dans cette histoire, Tango et Mario auront fort à faire pour échapper aux inévitables dégâts collatéraux.

Si chaque épisode peut se lire indépendamment, Matz veille à assurer une continuité dans le cheminement de ses personnages. Deux flash-back viennent éclairer le passé de Tango qui en réalité s’appelle John Cruz. On apprend notamment qu’il a travaillé sous les ordres de Tom Reyes à l’agence américaine luttant contre le trafic des stupéfiants. L’histoire s’achève sur une série de questions qui prouve que l’aventure est loin de se clore.

Nous avons déjà eu l’occasion à propos des deux tomes précédents de souligner la maestria graphique dont fait preuve Philippe Xavier à chaque page, en totale synergie avec le dynamisme du scénario. Toutefois un petit bémol : ce n’est plus l’excellent Jean-Jacques Chagnaud qui assure la mise en couleur des planches et le résultat est loin d’être aussi probant.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants