ZOO

Tomoé - T1

Partagez et donnez votre avis

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barème de ZOO de 1 à 5 étoiles.

5 Critiques Presse

note de la critique

Japon, XVe siècle. Sayo voit son village détruit par un pirate. Il veut faire d’elle une guerrière et la marier, comme leurs aïeux deux siècles avant. Son but : affaiblir le pouvoir du shogun qui dirige Kyoto et prendre sa place. Un récit parfois trop complexe auquel l’esthétique du dessin sauve la mise.

note de la critique

Tomoë, Déesse de l’eau nous transporte au quinzième siècle sur les côtes du Japon pour suivre le parcours de la jeune Sayo, condamnée bien malgré elle à un étrange destin.

note de la critique

1461, au Japon, alors que deux chefs de clan complotent l'un contre l'autre dans l'espoir de devenir le nouveau shogun, Sayo pêche en famille. La jeune fille ne se doute pas encore du destin que lui réserve le pirate Yoshinaka : son village pillé, son peuple assassiné, celle qui se pense la réincarnation de Tomoë, la déesse de la mer, va être éduquée dans un but précis. Apprenant patiemment à maîtriser sa colère et son katana, Sayo grandit loin des manigances politiques qui affaiblissent chaque jour un peu plus Kyoto, la capitale. Les récits sur le Japon féodal ne manquent [...]

note de la critique

Suite au massacre de son village, Sayo est recueillie par un pirate du nom de Yoshinaka. Ce dernier veut l’élever afin d’en faire sa future femme. Mise en place intéressante d’un récit d'aventures au cœur du Japon médiéval…

note de la critique

Tomoë, déesse de l’eau et samouraï

Il y a peu de femmes dans les sagas japonaises et encore moins de femmes samouraï. En reprenant la légende de Tomoë, princesse de l’eau et reine du sabre, Jack Manini embarque ses lecteurs dans un monde où réalité et fantastique se côtoient, où toute une culture finalement assez méconnue et très subtile se dévoile au moins en partie. Tomoë est dessinée par Tieko qui a signé la série Hindenburg. Beaucoup de passion et de fougue dans le trait et des décors qui dépaysent, étonnent et envoûtent.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants