ZOO

Undertaker - T2 : La Danse des vautours (Novembre 2015)

couverture de l'album La Danse des vautours

Série : UndertakerTome : 2/5Éditeur : Dargaud

Scénario : Xavier DorisonDessin : Ralph MeyerColoriste : Caroline Delabie, Ralph Meyer

Genres : Aventure, Historique, Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 13.99€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.0

Dessin

5.0

Avant de se suicider, Joe Cusco a ingurgité tout l’or qu’il a extrait de ses mines. Accompagné des deux employées du défunt, Rose Prairie, la gouvernante anglaise et Lin An, une chinoise qui n’a pas froid aux yeux, Jonas Crow a accepté de convoyer le cadavre de Cusco jusqu’à sa dernière demeure. En avant pour une chevauchée qui s’annonce pleine de bruit et de fureur !

En effet, toute une bande de mineurs sous-exploités par Cusco est aux trousses de ce trio de fortune aux motivations discordantes pour récupérer le butin ingéré par feu leur patron. De plus, Jonas est-il vraiment le croquemort qu’il prétend être ? Des avis de recherches tendraient à prouver le contraire…

Undertaker T.2

Le premier tome de ce diptyque a bénéficié d’un accueil public et critique on ne peut plus enthousiaste. Le trait rigoureux et précis de Ralph Meyer prouvait à chaque planche qu’il n’avait plus grand-chose à envier à celui de Jean Giraud. Blueberry avait ainsi trouvé en Undertaker son digne successeur. Ce deuxième volet réalisé en moins d’une année confirme de manière encore plus éclatante que cet héritage graphique n’est nullement usurpé.

Mais là où le bât blesse, c’est que le scénario de Xavier Dorison, pourtant bien engageant sur le premier volet, se désagrège quelque peu au fil des péripéties qui émaillent cette folle équipée au point de perdre de sa crédibilité, notamment dans les rapports qui régissent la cohabitation du trio Jonas/Rose/Lin. L’espèce de comédie sentimentale qui va peu à peu rapprocher le héros de Rose, donne l’impression que Dorison est déjà plus préoccupé par le devenir des ses personnages dans les prochaines histoires, laissant ainsi beaucoup de non dits sur le passé respectif du couple.

Il aurait peut-être dû relire Arizona love, l’ultime Blueberry signé Jean-Michel Charlier, un modèle de réussite entre aventure et sentiments. Mais c’est en toute confiance que nous attendons l’épisode suivant déjà annoncé en quatrième de couverture.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (2)

Très bonne critique. Merci pour la référence à Arizona Love.

Posté le 06/12/2015 à 09h37

avatar de L'historien

Ahhhh blueberry on y revient quand même sans arrêt !! C'est THE maître.

Posté le 06/12/2015 à 09h51