ZOO

Urban - T3 : Que la lumière soit... (Septembre 2014)

couverture de l'album Que la lumière soit...

Série : UrbanTome : 3/4Éditeur : Futuropolis

Scénario : Luc BrunschwigDessin : Roberto RicciColoriste : Giovanna Niro, Roberto Ricci

Genres : Science-Fiction

Public : À partir de 12 ans

Prix : 13.20€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.0

Alors qu'un attentat a gravement touché la cité décadente de Monplaisir, Ishrat la prostituée et Zach l'interceptor vont découvrir que le cynisme et la cruauté n'ont pas de limites dans la ville du jeu. Cet récit d'anticipation se densifie tout en poursuivant sa critique d'une société de plus en plus glauque.

Après l'attentat qui a secoué la ville, Zach commence à s'interroger sur les conditions de l'Urban Game ; la mort du petit garçon lors de la partie de chasse à l'homme n'était peut-être pas si accidentelle. Mais il ignore que pendant ce temps, la ferme familiale est sauvagement attaquée par des robots. Ishrat va quant à elle avoir à faire au client le plus important de sa vie : Springy Fool, créateur de tout ce cirque. La récompense pourrait aller au-delà de ses espérances, mais le prix à payer être plus élevé que prévu...

Urban revient avec un récit bien touffu. Plusieurs intrigues parallèles s'installent et les liens entre elles sont pour l'instant assez minces. Cela complexifie un peu la lecture, même si les choses commencent à se mettre en place à la fin du tome. Les révélations sont pour bientôt... L'aspect sociétal est toujours aussi intéressant, l'auteur évoquant par exemple une régression des droits du travail ou encore les systèmes de castes, avec une vision bien noire de ce que notre société pourrait devenir.

Le dessin réaliste et détaillé est très maîtrisé. Les décors font ressortir la densité et l'urbanisme exacerbés de cette ville de tous les excès. Les personnages sont quant à eux parfaitement réussis, avec des visages qui reflètent bien la personnalité de chacun. Le réalisme des corps nus accentue quant à lui l'aspect glauque et dérangeant de certains éléments de l'intrigue.

Dans cette société corrompue et sans compassion, on n'ose imaginer quel sombre complot le tome suivant pourra bien nous révéler...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants