ZOO

V-Girls, L'œil du diable - T1 : Incantare

couverture de l'album Incantare

Série : V-Girls, L'œil du diableTome : 1/1Éditeur : Soleil

Scénario : Jean-Pierre PécauDessin : Jovan UkropinaColoriste : Hugo Facio

Collection : Aventure

Genres : Fantastique, Historique, Polar / Thriller

Public : À partir de 16 ans

Prix : 14.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.0

1938, les nazis sont au pouvoir en Allemagne et le monde est au bord de la Seconde Guerre mondiale. Hitler s’intéresse à tout ce qui est occulte, paranormal ou fantastique… pour s’assurer la domination du monde. La médium Hedy Lamarr va l’apprendre à ses dépens, puisqu’elle est le moyen du Führer pour entrer en contact avec une créature fantastique. Ainsi s’ouvre V-Girls, où l’Histoire se mêle au fantastique pour un récit intéressant.

Alors qu’Herr Mandl se prépare à recevoir des envoyés d’Hitler dans son château tchécoslovaque, sa femme, actrice, n’a pas d’autre choix que de lui servir pour une expérience paranormale. Elle entre en contact avec un élémentaire de l’eau mais comme souvent pour les apprentis sorcier, les choses tournent mal... Pour sauver sa peau, Hedy s’enfuit des ruines du château tentant d’échapper à son mari comme aux nazis.

Le scénario combine des personnages historiques connus, des véhicules rétro-futuristes et des expériences interdites pour entrer en contact avec d’autres formes de vie. Il intègre tout cela dans une lutte sans merci contre les nazis pour sauver le monde avec des héroïnes sexy et fonceuses au caractère bien trempé. Jean-Pierre Pécau en tire un récit dynamique aux ficelles connues mais efficaces. Dans cette BD qu’on dévore, les personnages se multiplient rapidement.

Le dessin de Jovan Ukropina met parfaitement en avant les deux héroïnes et leur force de caractère. Ses personnages denses immédiatement donnent du corps à l’intrigue, déclenchant rapidement l’empathie ou le rejet des lecteurs. Le tout dans un écrin où l’on sent notamment le soin particulier porté aux véhicules rétro-futuristes.

Incantare débute sur les chapeaux de roue invoquant une trilogie prometteuse.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants