ZOO

Vigilantes - T3 : Retour à Pitsgreen (Juin 2014)

couverture de l'album Retour à Pitsgreen

Série : VigilantesTome : 3/4Éditeur : Soleil

Scénario : Jean-Charles GaudinDessin : Riccardo Crosa

Collection : Générale

Genres : Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 13.95€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Quatre amis reforment le gang de super-héros de leur enfance pour contrecarrer les plans d’un super-vilain politicien. Jean-Claude Gaudin et Riccardo Crosa poursuivent leur tendre hommage franco-belge aux comic books américains et à la littérature de Stephen King, en respectant presque trop sagement les codes de ces deux genres.

Quatre amis se retrouvent trente ans après un événement traumatisant de leur enfance pour refaire face, adultes, au démon qu’ils n’ont pas su vaincre enfants. Ce monstre aux sombres desseins a pris des apparences de personnage public respectable et brigue un mandat politique important.


Toute ressemblance avec les histoires de Ça et The Dead Zone de Stephen King est, on l’espère, volontaire. Ajoutez à cela un Superman en culottes courtes et l’enfant illégitime de Hulk et de la Chose des Quatre Fantastiques et vous aurez perçu les références dont part Jean-Charles Gaudin pour imaginer ses Vigilantes. Ce troisième tome fait monter quelque peu la tension d’un cran car les pouvoirs de nos héros se dévoilent totalement et le sang coule à profusion.

Si le déroulement de l’intrigue est prenant, le dessin de Riccardo Crosa est la juste rencontre de la culture franco-belge et des références graphiques des plus fameux comic books américains. Quelque chose manque pourtant à la sauce pour la faire vraiment monter. Le ton oscillerait-il trop entre une douce naïveté adulescente et une violence graphique très explicite ? Les références des auteurs sont-elles trop évidentes et font-elles manquer le tout d’originalité ?

Tout amateur d’histoires de super-héros et d’intrigues à la Stephen King se régalera assurément avec ces Vigilantes. Il est simplement regrettable de ne pas trouver plus de prise de risques de la part des auteurs dans leur réappropriation de ces univers connus et reconnus.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants