ZOO

Walhalla - T1 : Terre d'écueils

couverture de l'album Terre d'écueils

Série : WalhallaTome : 1/3Éditeur : Glénat BD

Scénario : Nicolas PothierDessin : Marc Lechuga

Collection : Treize étrange

Genres : Aventure, Humour

Public : Tout public

Prix : 11.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Trois Vikings sur un drakkar sont en quête d’une nouvelle terre promise, avec pour seuls renforts de nombreux jeux de mots. Feront-ils le poids face à des Ecossais remontés ? Avec ce premier tome dynamique, le sourire des lecteurs augure que oui.

Rüdolf, le petit teigneux, Brömur, le calme balèze et Dahmar, le vieux sage, doivent chercher un nouvel endroit où installer leur village à l’abri des éruptions volcaniques. Pleins de bonne volonté, ils débarquent sur une terre très accueillante, si on excepte les autochtones en jupe, beaucoup plus belliqueux que prévu. Heureusement pour eux, les renforts vikings suivront…  leurs aventures de loin, à travers l’écran presque plat du Tüb !

Un drakkar lancé sur les mers du Nord permet à Nicolas Pothier de déverser son flot de calembours et de clins d’œil humoristiques. Ses Vikings pleins de ressources et leurs noms à double sens rappellent immédiatement l’univers d’Astérix et Obélix. Leur visite au pas de course chez les Ecossais-Pictes soutient même la comparaison avec les dernières aventures des Gaulois.

Le trio de guerriers qui tient la proue de cette expédition est très attachant. Leurs bonnes bouilles et leurs caractères marqués permettent au lecteur de les suivre sans jamais remettre en question le moindre élément de leur univers loufoque. Grâce au trait très expressif de Marc Lechuga, même Nessie est crédible à la fois en monstre marin agressif et en agréable animal de compagnie. La vitalité des cases et la large palette d’expressions de tout ce petit monde donne à ce premier tome des allures de cocktail vitaminé.

Ce premier album se lit d’une traite, le sourire aux lèvres, qu’on soit jeune… ou pas !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants