ZOO

Le Grand Antonio

couverture de l'album Le Grand Antonio

Éditeur : La Pastèque

Scénario : Elise GravelDessin : Elise Gravel

Genres : Documentaire BD, Récit de vie

Public : Tout public

Prix : 14.00€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Le grand Antonio n'a pas volé son surnom. Pensez : avec son mètre 93 et ses 210 kilos, ce bûcheron à la force colossale, tout droit sorti des forêts de Yougoslavie, devient champion de lutte et homme fort de métier au Canada. Un album renversant, coup de maître des éditions La Pastèque.

Dans sa Yougoslavie natale, Antonio, force de la nature, déracine de gros arbres avec son cou de taureau. A vingt ans, il rejoint le Canada en bateau. Doté de mensurations dignes du plus costaud des bûcherons, ce sympathique barbu tracte trains et autobus à la seule puissance de... ses cheveux ! Adepte d'opéras italiens, Antonio se met aussi à la lutte et va combattre contre un ours.

Inspirée de la vie réelle d'Antonio Barichievich, né en Yougoslavie en 1925, ce chouette album raconte avec humour sa vie au Canada. Il a d'abord travaillé au port de Montréal avant de pratiquer la lutte et d'exercer le métier d'homme fort. Adepte de beignes (donuts en québécois), ce personnage attachant entraîne le jeune lecteur dans sa vie pleine d'aventures et de tours de force. De la poésie à gros bras.

Le dessin est old school, agrémenté de polices typographiques datées et hautes en couleurs. S'en dégage une ambiance de fête foraine d'antan où flotte un parfum de baraques de foire. C'est drôle, très coloré et mis en scène avec finesse. Le trait de la Québécoise Elise Gravel est aussi épais et réconfortant que ce gros dur au cœur tendre qu'on aimerait bien rencontrer pour de vrai.

Une histoire originale, un dessin réconfortant : Le grand Antonio donne de la force à tout âge. C'est fun, décalé et ça change des habituelles histoires sur les super-héros. Car c'est bien ce qu'est Antonio : un monstre de force plein d'humanité. A dévorer d'urgence.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants