ZOO

Big Girls (Avril 2021)

couverture de l'album Big Girls

Éditeur : 404 éditions

Scénario : Jason HowardDessin : Jason Howard

Genres : Comics

Prix : 15.90€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Tout part d’expériences qui tournent mal et transforment les hommes en monstres géants très agressifs. Seules les femmes les affrontent, lourdement armées et hautes d’une cinquantaine de mètres… Cette BD s’annonce déjà comme LA surprise de ce début d’année!

Tout commence on ne sait trop comment, par des manipulations dans un labo secret qui dérapent et soudain, la « maladie » se répand. Elle touche les jeunes garçons qui développent, en même temps qu’une étrange croissance, des malformations qui en font des monstres affamés, dénués d’intelligence, surnommés les « Jack ». Les rares filles qui contractent ce virus grandissent sans la grotesque métamorphose. Très vite, elles sont recrutées par un organisme qui gère la sécurité de la «Réserve», une zone préservée au cœur de… New York!

Ember écrit de la poésie, adore lire et elle est une tueuse de monstres à plein temps

Ember écrit de la poésie, adore lire et elle est une tueuse de monstres à plein temps
© 404 éditions

Après avoir collaboré avec Warren Ellis, Trees et Cemetery Beach, Jason Howard s’essaie pour la première fois à une création en solo et montre que s’il reste un excellent dessinateur, il est un artiste complet. Dès les premières pages, il évite assez habilement de se perdre dans des explications laborieuses pour entrer dans le vif du sujet avec une séquence d’ouverture qui pose l’action et les enjeux, sans chichis!

Et pourtant, le propos est bien plus nuancé. Car au-delà des impressionnantes scènes de bataille dynamiques, Howard questionne la légitimité de cette violence aveugle et entêtée à travers les doutes de son héroïne, Ember! Elle se demande, par exemple s’il n’y aurait pas moyen de réinstaurer un dialogue avec les créatures, si tout doit forcément être une question de conflit, d’opposition. Une écriture intelligente au service d’une série qui n’a pas fini de nous interpeller!


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants