ZOO

Green Lantern Legacy (Septembre 2021)

couverture de l'album Green Lantern Legacy

Éditeur : Urban Link

Scénario : Minh Lê, Andie TongColoriste : Sarah Stern

Collection : Urban Link

Genres : Comics

Prix : 14.50€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

4.0

La collection Urban Link propose des romans graphiques jeunesse issus du catalogue des personnages DC Comics. En ce mois de septembre 2021, c’est l’univers des Green Lantern qui est revu en mode adolescent, pour Green Lantern Legacy, du scénariste Minh Lê et du dessinateur Andie Tong. Une lecture sympathique pour les néophytes mais discutable pour les connaisseurs des Green Lantern.

Tai vit à Coast City avec ses parents et sa grand-mère. Ils tiennent une épicerie vietnamienne de quartier, mais des actes racistes commis à leur encontre leur compliquent la vie. Tai va découvrir une bague de jade propriété de sa grand-mère qui, à son décès, va se révéler être un anneau de Green Lantern. Faisant de Tai le plus jeune membre du corps galactique.


Tai devient le plus jeune membre du corps galactique

Tai devient le plus jeune membre du corps galactique
© Urban link, éditions 2021


Prenons ce livre pour ce qu'il est

Premier temps, l’analyse de l’objet culturel pour lui-même. Green Lantern Legacy est un comic-book jeunesse efficace et bien réalisé. Son personnage principal est attachant, de même que les personnages secondaires. Si le « vilain » est assez facilement identifiable dès le départ, malgré son apparition précoce, il s’avère plutôt nuancé et pertinent.

L’idée de Minh Lê, auteur de livres illustrés jeunesse, c’est de confronter le concept de Green Lantern à des enjeux sociaux actuels. En soit, ce n’est pas neuf, Dennis O’Neil et Neal Adams avaient déjà exploré cette option dans la série titre dès 1970. C’est un contexte et un public américano-asiatique qui est ciblé cette fois, approche rafraichissante indéniablement. Sous la houlette du personnage de John Stewart, premier Green Lantern afro-américain.


Minh Lê confronte le concept de Green Lantern à des enjeux sociaux actuels

Minh Lê confronte le concept de Green Lantern à des enjeux sociaux actuels
© Urban link, éditions 2021


Racisme, gentrification, rejet des liens humains de proximité, sont donc au cœur de ce récit. Le jeune Tai va tenter d’être utile à son voisinage (façon « Friendly neighborhood spider-man ») tout en gérant sa propre peur face à des responsabilités immenses et l’intervention d’un milliardaire inspirant mais prédateur. Des valeurs qui ne peuvent faire de mal ni à la jeunesse américaine, ni à la jeunesse française aujourd’hui.

Les connaisseurs peuvent pinailler

Par contre, si vous êtes un adulte ou un jeune bien au fait de la mythologie Green Lantern, il n’est pas certain que ce livre ne vous gêne pas aux entournures.

Pour soutenir son propos central, Minh Lê occulte tous les Green Lantern terriens en dehors de John Stewart. Ou dit autrement, les héros blancs sont effacés au profit d’un afro-américain et d’une vietnamienne. Car oui, la grand-mère était membre du Corp, dans sa jeunesse.
Quand on connait la propension des xénophobes du mouvement « comics gate » à fantasmer le grand remplacement des comics, c’est leur fourni ici du grain à moudre.

On peut concevoir que cette histoire ne soit pas canon et donc ne respecte pas l’ensemble de l’héritage éditorial de la série. Mais un peu de nuance n’aurait pas nui. Et aurait satisfait aussi les fans de la licence qui auraient juste trouvé des personnages en plus et non en moins.

A noter que la fin ouverte pourrait permettre de proposer une seconde histoire avec ce nouveau personnage. Et qu’en soit, ce serait une bonne idée, la déclinaison étant au final, pour elle-même, tout à fait satisfaisante, tant sur le plan de l’histoire que de la mise en image.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants