ZOO

Ed Gein - Autopsie d'un tueur en série (Avril 2022)

couverture de l'album Ed Gein  - Autopsie d'un tueur en série

Éditeur : Delcourt

Scénario : Eric Powell, Harold Schechter

Collection : Contrebande

Genres : Comics

Prix : 24.95€

ma collection
mes souhaits

Un assassin formé par sa mère

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Ed Gein, célèbre tueur en série américain, a eu une enfance martyre, déformé par une mère folle et bigote. Le récit subtil d’Eric Powell et le dessin de haute voltige d’Harold Schechter, dressent l’autopsie d’un assassin conditionné par la haine.

Edward Gein ouvre pour la première fois les yeux le 5 août 1906, au fin fond du Wisconsin. La famille vit sous l’emprise d’une mère complètement folle, une grenouille de bénitier. Les dés familiaux sont pipés dès le début : le destin de ces trois hommes va être emporté par la haine maternelle, jusqu’au point de non-retour. Le père et le frère d’Ed prennent rapidement la route des cieux, laissant le jeune homme seul avec sa mère. Manipulé dès le berceau, il ne jure que par cette horrible femme. Elle lui a tellement bourré le mou avec ses bondieuseries qu’il ne voit le monde qu’avec la haine de celle qui l’a mis au monde.

De toute façon pour Ed, tout était foutu dès son premier cri : son monstre de mère voulait une fille. Pour l’élever « dans la lumière sainte, loin des pécheurs, des putains et des sodomites » comme elle le dit avec l’exaltation des simples d’esprit. Une fois son dernier souffle rendu, la place est libre pour laisser toute la folie de son fiston s’exprimer.

Ed Gein, autopsie d'un tueur en série

Ed Gein, autopsie d'un tueur en série
© Delcourt, 2022

Un boucher sanguinaire

Celui que l’on va rapidement nommer « le boucher fou de Plainfield » ne tardera en effet plus à faire les choux gras de la presse américaine. Véritable fétichiste, Ed ne se contente pas de profaner des tombes et d’ôter la vie aux femmes de plus de cinquante ans : il les découpe et fabrique abat-jour, tambours et assises de chaise avec leur peau. Il transforme leurs visages en masques et va toujours plus loin dans sa folie meurtrière et ses dérèglements sexuels.

Au fil du temps, Ed devient un véritable meurtrier, un tueur sanguinaire dont la maladie mentale finit par s’afficher au grand jour, sous les yeux horrifiés de l’opinion publique. Le récit glaçant d’Eric Powell prend toute sa dimension dans le dessin horrifiant d’Harold Schechter. Le dessinateur a cette capacité édifiante à illustrer la monstruosité d’Ed Gein et l’horreur vécue par les habitants de l’Amérique profonde. Plus que l’histoire d’un assassin hors-norme, il s’agit de l’autopsie de sa folie meurtrière, en près de trois cents pages savamment construites.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants