ZOO

Birthright - T2 : L'appel (Avril 2016)

couverture de l'album L'appel

Série : BirthrightTome : 2/5Éditeur : Delcourt

Scénario : Joshua WilliamsonDessin : Andrei BressanColoriste : Adriano Lucas

Collection : Contrebande

Genres : Comics, Heroic fantasy

Public : À partir de 12 ans

Prix : 16.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.0

Dessin

5.0

Tandis que Mikey et Brennan fuient les autorités, la famille Rhodes n’en finit pas de se décomposer. Le dessin d’Andrei Bressan, coloré par Adriano Lucas, explose dans les pages de ce second tome du comics Birthright, où le scénario de Joshua Williamson dévoile un peu plus de saveur.

Mikey n’est pas revenu de Terrenos seul. Entre un esprit destructeur, un totem protecteur et une compagne enceinte de mauvaise humeur, le monde de la famille Rhodes n’en a pas fini de s’écrouler. Mikey, avec l’aide de son frère, parviendra-t-il à échapper à l’esprit purifiant lancé à ses trousses ?

L'Appel

Après un premier tome de mise en place trop prévisible, Joshua Williamson étoffe la mythologie de son univers et ses êtres monstrueux. Ce second tome s’axe sur l’esprit purifiant. Cette invocation nettoie du mal ses cibles, sans épargner leur entourage. Le parti pris gore de la narration de Joshua Williamson démarque cette bande dessinée de son premier tome, naïf, et pose enfin les bases d’une histoire prenante.

Entre une palette de couleurs flashy déployée par Adriano Lucas, et les monstres nés du bestiaire démoniaque d’Andrei Bressan, les cases de ce tome de Birthright plongent le lecteur dans un trip cauchemardesque. Là où le premier tome enchaînait les images du monde de Terranos sans point de vue précis, la trame narrative du second s’arrête plus précisément sur quelques créatures, permettant une lecture totalement immersive.

La soupe quelque peu vulgaire servie par Joshua Williamson dans le premier chapitre de Birthright prend ici de l’épaisseur et se pimente de personnages gores et savoureux. Avec le dessin d’Andrei Bressan libéré et les couleurs explosives d’Adriano Lucas, la suite de ces aventures promettent d’être délicieusement épicées.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants