ZOO

Harley Quinn - T1 : Complétement Marteau

couverture de l'album Complétement Marteau

Série : Harley QuinnTome : 1/6Éditeur : Urban Comics

Scénario : Amanda Conner, Jimmy PalmiottyDessin : Chad Hardin

Collection : DC Renaissance

Genres : Comics

Public : À partir de 12 ans

Prix : 19.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

2.5

Dessin

3.5

Il y a maintenant près de 20 ans apparaissait pour la première fois Harley Quinn, sous la plume de Paul Dini et les crayons d'une équipe d'animation, dans la fameuse série Batman des années 90. Avec le New 52, DC lui donne une nouvelle fois sa propre série, après l’arrêt de la première en 2010. Entre action et dérision, la recette fonctionne mais laisse craindre un épuisement rapide du concept...

Harley Quinn prend son indépendance ! Suite à certains événements racontés dans la série Batman, elle a quitté la compagnie du Joker pour aller s'amuser en solo. Mais ici, point d'exposition interminable ! Le premier chapitre est un immense running gag où certains des plus éminents dessinateurs de chez DC Comics s'amusent à donner leur interprétation du personnage dans une grande introduction qui brise joyeusement le quatrième mur, à grand coups de masse !

Point de départ de cette nouvelle série, l'ex-docteur Harleen Quinzel hérite d'un immeuble ! Cadeau post-mortem de l'un de ses vieux patients d'Arkham. Mais ce déménagement n'est bientôt qu'un prétexte à la découverte de la galerie des locataires, personnages hauts en couleurs, absurdes mais souvent attachants. La vie d'Harley ne sera pas de tout repos, puisqu'entre tueurs à gage et infiltration d'un groupe d'espions russes à la retraite, les explosions et acrobaties sur fond de joutes verbales sont légion. Au risque de lasser.

Le scénario n'est en effet qu'un prétexte au pastiche et à la parodie de l'univers DC. Et si la légèreté du ton est agréable et souvent juste, on regrettera trop souvent des gags qui ne vont pas au bout et restent dans une ligne presque tout public quand on les aurait voulu plus acides ou plus cruels !

Reste le dessin, franchement réussi, et dans le fond, un album vraiment dynamique et plaisant à lire. Une réussite, un peu en demi-teinte malheureusement.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants