ZOO

I hate Fairyland - T4 : La pire contre-attaque (Janvier 2019)

couverture de l'album La pire contre-attaque

Série : I hate FairylandTome : 4/4Éditeur : Urban Comics

Scénario : Skottie YoungDessin : Skottie Young

Collection : Indies

Genres : Humour

Public : À partir de 12 ans

Prix : 15.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 4.5

Scénario

4.0

Dessin

4.5

Après un bon premier album suivi d’un deuxième tome inégal, I hate Fairyland offre un troisième opus délirant, drôle et inspiré où l’on retrouve Gertrude en pleine forme !

Gertrude est ravie car elle se rend à la convention Donjon Festexpocon, l’équivalent de la « Japan Expo » dans le monde de Fairyland. Elle va enfin pouvoir rencontrer son idole, la célèbre Gwag la barbare. Malheureusement, la rencontre ne se passe pas comme prévu car Gertrude s’énerve et arrache les langues des gardes du corps de Gwag. Peu après, Gertrude rencontre Fofolle, une jeune fille habillée comme elle et qui l’admire inconditionnellement. Fofolle parle beaucoup, elle connaît tout des exploits de Gertrude et la supplie de la prendre comme apprentie. Gertrude accepte. Bien vite, l’élève dépasse la maîtresse et Gertrude commence petit à petit à regretter sa générosité…

Le scénario de ces nouvelles aventures de Gertrude prend plusieurs fois le lecteur à contrepied, pour son plus grand plaisir. Rien ne sera épargné à Gertrude : elle rencontrera sa plus grande fan, recevra 25 demandes en mariage, massacrera des hordes de champignons pour sauver un bébé et surtout, essaiera de devenir gentille. Drôle, irrévérencieuse et gentiment subversive, l’histoire reprend à sa sauce tous les clichés du cinéma et des jeux d’aventure.

Le dessin savoureux et original de Skottie Young donne toute sa dimension à l’histoire. Les personnages et les situations sont d’une outrance toute rabelaisienne, le sang coule par hectolitres et le dessinateur joue habilement du contraste entre son dessin tendre et les situations les plus gores. Le découpage des cases reprend avec bonheur tous les codes des westerns spaghetti pour renforcer encore l’intensité des scènes d’action.

Une bande dessinée sans fausse note qui se termine par un coup de théâtre retentissant. Skottie Young y montre encore une fois toute l’étendue de son talent.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants