ZOO

Legion of Super Heroes : La Légion des Super-Heroes - La saga des ténèbres (Octobre 2020)

couverture de l'album La Légion des Super-Heroes  - La saga des ténèbres

Série : Legion of Super HeroesÉditeur : Urban Comics

Scénario : XXX, Collectif, Keith Giffen, Paul LevitzDessin : XXX, Howard Bender, Pat Broderick

Collection : DC Confidential

Genres : Comics

Prix : 22.50€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Après plus de soixante ans d’existence, la Legion of Super-Heroes reste encore assez mal connue en France. Des traductions erratiques, des effectifs impressionnants et des remises à zéro incessantes depuis trente ans n’ont évidemment pas aidé ! Cependant, Urban Comics relève le défi avec deux volumes qui nous offrent une excellente passerelle entre le passé et le présent !

Ainsi pour accompagner le volume qui présente la toute nouvelle version du groupe, scénarisé par Brian Bendis, Urban Comics nous propose de revenir en 1982, pour la reprise en main de la série par le duo Levitz/Giffen !

De nombreux auteurs se sont succédés sur le titre, jusque-là, mais au tout début des années 80, les récits manquent de plus en plus de punch, il est temps de redynamiser tout ça. On demande alors à Levitz qui avait déjà brièvement travaillé sur cet univers de reprendre le flambeau, au côté de Pat Broderick, pour commencer, puis très vite avec Keith Giffen. Commence alors l'une des périodes les plus riches et enthousiasmantes de la Legion. De nombreux fans vont dès lors grossir les rangs des fidèles de la série et le titre fait soudain partie des meilleures ventes de l’éditeur !


Le scénariste entreprend tout de suite de ne se concentrer que sur un nombre assez réduit de membres, tout en développant leur vie privée, en parallèle de leur aventures super-héroïques, gagnant ainsi en charisme. Ce côté Soap, habilement mélangé à l’action et la SF vont progressivement constituer la recette « magique » qui va permettre à la Legion de sortir du lot. On ne se perd plus au milieu des mille et un membres, on les identifie très vite et l’on découvre un univers bourré de potentiel !

Levitz réinscrit donc les personnages dans la continuité classique de DC en mettant en scène Darkseid qui entreprend de construire une puissante machine qui lui permettra de prendre le contrôle de l’univers. L’histoire est solide, elle prend néanmoins son temps tandis que petit à petit la tension monte. On est aux antipodes d’une écriture qui privilégie le mouvement au détriment du fond. D’autant que, de son côté, Giffen axe beaucoup son storytelling sur les personnages, sur les expressions et leurs interactions !


Il en résulte un volume qui n’a perdu ni de son charme ni de sa modernité, mais qui peut peut-être déstabiliser le lecteur actuel, amateur de récits plus enlevés ! En attendant, cette Darkness saga est la clé idéale pour redécouvrir un groupe majeur de l’écurie DC ! Croisons juste les doigts pour qu’Urban continue sur sa lancée !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants