ZOO

Megg, Mogg and Owl - T4 : Happy Fucking Birthday (Octobre 2017)

couverture de l'album Happy Fucking Birthday

Série : Megg, Mogg and OwlTome : 4/4Éditeur : Misma

Scénario : Simon Hanselmann

Genres : Humour

Public : À partir de 16 ans

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Créés en 1968, les Freak Brothers de Gilbert Shelton cultivaient une défonce ludique et enthousiaste, avec pour slogan "La dope fait mieux passer les périodes sans argent, que l’argent ne fait passer les périodes sans dope". L’époque a changé. Pour Megg (qui s’habille en sorcière), Mogg (son chat et amant) et Werewolf Jones (un loup-garou adepte de défis trash qui se transforme en homme quand exceptionnellement il est en manque), la défonce est banale et n’a plus rien de festif. Même le sexe se vit certes sans entraves, mais hélas sans jouissance.

Portés vers toujours plus d’excès, les personnages de Simon Hanselmann sont tout le temps à la limite de l’autodestruction et ne semblent s’amuser un peu que quand ils s’en prennent à leur souffre-douleur, Owl, un hibou masochiste et pathétique que ses "amis" humilient toujours un peu plus.

La série a tout du titre clivant : hilarante pour les uns, illisible pour les autres ; comme quoi, un titre n’a pas besoin d’être populaire pour devenir culte.


Article paru dans la sélection d'Angoulême 2018 du MAg ZOO N°64

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants