ZOO

Star Wars : Episode VI - Le Retour du Jedi (Jeunesse) (Décembre 2015)

couverture de l'album Episode VI - Le Retour du Jedi (Jeunesse)

Série : Star WarsÉditeur : Delcourt

Dessin : Collectif d'illustrateurs

Collection : Contrebande

Genres : Comics, Science-Fiction

Prix : 12.50€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

2.5

Dessin

4.5

La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance. Le Retour du Jedi est déjà connu par cœur par plusieurs générations de fans. Si le scénario de cette adaptation a dû subir quelques coupes malencontreuses, le tout est tout de même sauvé par le dessin ingénieux et le souffle légendaire qui sous-tend cette histoire.

Après avoir secouru leur ami Han Solo des griffes de l’infâme Jabba le Hutt, Luke Skywalker et les rebelles doivent mener leur ultime combat pour sauver la galaxie de l’Empire.

Quels horribles choix ont dû faire les auteurs de cette adaptation du Retour du Jedi pour faire tenir en quelques pages un film mythique de 135 minutes ! C’est forcément avec déception que les scènes les plus cultes ont été raccourcies pour tenter de sauver les répliques les plus connues.

Le retour du Jedi

Si le lecteur avisé ne peut s’empêcher de pleurer les dialogues et quelques traits d’humour manquants, le travail réalisé par les dessinateurs est impeccable. Adaptant les personnages à un univers jeunesse, les héros de la saga deviennent de véritables avatars graphiques de la culture comics. Même Dark Vador et ses contours géométriques et l’Empereur décati oscillent entre cauchemar et caricature pour un rendu très efficace. L’action, certes raccourcie par rapport au film, n’en demeure pas moins haletante.

Citons le grand maître Obi-Wan Kenobi face à son ancien apprenti devenu Dark Vador: « Tu ne peux pas gagner, si tu me terrasses je deviendrai bien plus puissant que tu ne pourrais jamais l'imaginer ». Et c’est bien ce qui se passe avec cette adaptation, qui ne fait que rendre plus fort encore le film dont elle est dérivée. A conseiller aux adolescents fans de comics mais imperméables à Star Wars, si tant est que de telles créatures existent dans notre galaxie.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants