ZOO

The last days of american crime - T1 : The last days of american crime Intégrale (Novembre 2016)

couverture de l'album The last days of american crime Intégrale

Série : The last days of american crimeTome : 1/3Éditeur : Jungle

Scénario : Rick RemenderDessin : Greg Tocchini

Collection : Comics

Genres : Comics, Polar / Thriller

Prix : 25.00€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Âmes sensibles, s’abstenir. Ce comics au récit rugueux et au graphisme agressif peut rendre la lecture compliquée. On aime ou on rejette. Mais difficile de rester insensible à ce titre apocalyptique. À découvrir par curiosité, juste pour se faire son propre avis sur l’empire du crime.

Terrorisme, crime organisé et violences de tous poils sont amenés à disparaître de la surface de la Terre : le gouvernement américain a trouvé la solution pour effacer tout acte violent du globe. Graham organise le casse de l’histoire, ultime crime mondial, avec l’appui de ses complices, Kevin et sa copine Shelby, pirate informatique hors-normes. Y parviendront-ils au milieu du chaos ?

Chroniquer Les derniers jours du crime américain le jour-même de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis d’Amérique laisse un goût amer. Un sentiment de réalité se mêle malheureusement à la fiction... au détail près que ce n’est pas avec un tel président que le crime va s’arrêter outre-Atlantique. Humeur mise à part, ce comics délivre un scénario apocalyptique où la violence explose sous toutes ses formes : verbale, physique, sexuelle.

Le graphisme crade et crapuleux écorche les yeux. Mais c’est la loi du genre. On reconnaît la patte de Greg Tocchini et l’influence des jeux vidéo sur son trait épais, mal dégrossi mais furieusement réaliste. Une illustration ton sur ton avec le scénario de cette série dédiée au crime. Les adeptes apprécieront, le grand public s’en trouvera peut-être plus dérangé.

Cette série mérite le détour par curiosité pour les non-initiés, même si elle n’ouvre pas forcément de portes pour donner envie d’aller plus loin. L’avantage d’une intégrale est d’offrir une vision d’ensemble, aussi glauque soit-elle. Mais un traitement narratif et graphique moins agressif aurait donné plus de profondeur, tout en conservant le cœur du récit.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants