ZOO

The Mask (Intégrale Délirium) - T3 : Tournée Mondiale (Mars 2021)

couverture de l'album Tournée Mondiale
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.0

Dessin

5.0

En 1992, Stanley Ipkiss endosse le masque vert qui le transforme illico en créature démente hyper puissante. Il sera ensuite suivi de plusieurs autres hôtes qui vont se succéder, réincarnations aux multiples personnalités qui forgent le portrait insaisissable d’un personnage hors norme qui va très vite inspirer Hollywood. Delirium continue chronologiquement l’intégrale The Mask et ça décoiffe!

Si le concept de la série reste assez simple, au premier abord (en portant un mystérieux masque vert à son visage, le moindre inconnu se transforme immédiatement en une version surboostée de lui-même, avec des pouvoirs illimités), il peut néanmoins se décliner à l’envi, selon les diverses incarnations qui se suivent au fil des histoires. Cependant, John Arcudi et Doug Mahnke ne s’imaginent peut-être pas que leur personnage deviendra vite un véritable phénomène, propulsé par la sortie en 1994 du film avec Jim Carrey.



 le troisième recueil sur 4 prévus

le troisième recueil sur 4 prévus
© Delirium

Aujourd’hui, presque 30 ans après sa création, le Mask a certes quelque peu perdu de son éclat, mais grâce aux Éditions Delirium, il est maintenant possible de redécouvrir cette petite pépite décomplexée des années 90.

The Mask c’est avant tout une porte ouverte sur tous ces fantasmes de puissance qui viennent nous chatouiller le cervelet à la moindre petite frustration. Que ferions-nous si nous avions le pouvoir de changer les choses? Cette question obsède Ray Tuttle, un illustrateur qui, suite à un accident qui a couté la vie de sa femme, ne peut plus exercer sont art ni s’occuper correctement de sa fille Emily. Lorsqu’il met, par hasard, la main sur le fameux masque, c’est tout un pan de sa vie qui va définitivement changer, l’occasion de prendre sa revanche sur tous ceux qui le pointent du doigts, quotidiennement…



parues en 1995 et 1996 proposées pour la première fois aux lecteurs francophones

Des histoires proposées pour la première fois aux lecteurs francophones
© Delirium

Pour la première fois, Arcudi et Mahnke passent la main à d’autres créateurs qui se réapproprient cet univers déjanté avec plus ou moins de bonheur. Le personnage devient ainsi une licence qui se décline progressivement au gré des occasions. Qu’il s’agisse de suivre le fil du récit d’Arcudi ou de profiter de sa popularité pour rencontrer d’autres personnages, comme la seconde partie ou il croise l’écurie complète des Comics' Greatest World, qui peine à intéresser le public. Le Mask est charismatique et fédérateur, les lecteurs aiment son humour outrancier qui part dans tous les sens, sans contrôle.

Ce troisième volume souffre peut-être de la comparaison avec les précédents, ne serait-ce que parce qu’il reste assez inégal, toutefois le premier récit par Evan Dorkin et le mini faux retour d’Ipkiss par Arcudi nous permettent de passer un très bon moment. Vivement la suite!

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants