ZOO

Goggles (Octobre 2013)

couverture de l'album Goggles

Éditeur : Ki-oon

Scénario : Tetsuya ToyodaDessin : Tetsuya Toyoda

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 16 ans

Prix : 14.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

2.0

Dessin

4.0

Goggles est le nom d'une des six histoires de ce recueil pour le moins étonnant. Subtilité, finesse et émotion sont les premiers mots qui viennent au lecteur après avoir fébrilement tourné les pages de ce livre où se jouent des moments clés d'une vie. Six histoires inégales, mais un ensemble à découvrir.

Six histoires aussi agiles que les cinq doigts d'une main. Pleines de profondeur, à l'image de celle qui donne son nom à ce recueil. Goggles conte le mutisme de la petite Hiroko, que seules les lunettes de motard façon aviateur de son grand-père relient au monde réel. Mais par un fil ténu, prêt à casser à chaque instant. Elle les porte jour et nuit pour se protéger d'un monde qui l'agresse. Enfant non désirée, violentée par la vie et ses parents, Hiroko se retrouve accueillie chez un de leurs amis...

Il y a aussi ces deux libraires qui trimballent leur vocation sur la route, mais aussi les apparitions saugrenues du dieu de la misère, drôle de petit personnage qui apporte malheur et tristesse à quiconque pose son regard sur lui, histoire qui ouvre le manga. De deux à plusieurs dizaines de pages, ces tranches de vie au cœur du Japon intime de l'auteur sont inégales. Certaines valent le détour par leur subtilité, dont la très sensible Aller voir la mer. D'autres sont trop anecdotiques pour convaincre, à l'image de Tonkatsu.

Tetsuya Toyoda, d'abord employé dans une grande entreprise, est reparti travailler deux ans à l'usine avant de se remettre à sa planche à dessin. Son travail est nourri de cette expérience. Son graphisme, de la dentelle.

Chacun de ces moments de vie ont été publiés entre 2003 et 2012. D'où peut­-être, parfois, ce manque de cohérence entre les histoires du recueil, qui n'enlève rien à la beauté des plus fortes.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants