ZOO

Yuko (Janvier 2017)

couverture de l'album Yuko

Éditeur : Tonkam

Scénario : Ryoichi IkegamiDessin : Ryoichi Ikegami

Collection : Seinen

Genres : Manga, Seinen

Public : Tout public

Prix : 19.99€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Cette anthologie propose onze textes, dont la majorité est issue des écrits de Ryoichi Ikegami et trois autres adaptés de classiques de la littérature japonaise de l’ère Taisho. Des récits pleins de finesse, illustrés au cordeau : quelques tranches jouissives au pays du soleil levant.

Elles sont Onze. Onze petites histoires dont huit sortent tout droit de l’esprit fécond de Ryoichi Ikegami. Les trois autres sont des adaptations de textes écrits par des auteurs majeurs de la littérature japonaise de l’ère Taisho, c’est à dire de 1912 à 1926, une période de renaissance du métier de mangaka. Ces récits font exploser le sentiment amoureux, avec toute la fougue et parfois la violence que cela peut sous-entendre.

Cette anthologie est une vraie tranche de découverte de la littérature japonaise. Le lecteur avance avec détermination dans des textes ciselés, à la fois réalistes, empreints de poésie et truffés d’émotion. Du serpent tatoué à l’intérieur de la cuisse aux pratiques de ligotage pour mieux assouvir les fantasmes des femmes et des hommes, la lecture amène à être traversé par autant de sentiments qu’il y a d’histoires. Un brin déstabilisant.

Le trait est celui, à la fois classique et plein de vigueur, d’un mangaka en recherche constante de son univers graphique. Les femmes sont belles, leur anatomie sublimée, les fantasmes exacerbés et les émotions vives : ça se sent autant dans le dessin fin et précis que dans les textes que Ryoichi Ikegami met en lumière. Un moment de bonheur imagé.

Le lecteur peut se trouver un peu désorienté en ouvrant cet ouvrage. Cette légère inquiétude est bien vite balayée par des textes profonds et séduisants, autant que par le trait d’une extrême finesse d’un graphisme de l’envie, de la gourmandise amoureuse et de ce que l’érotisme a de plus pur : la beauté des corps et des esprits.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants