ZOO

Cavale vers les étoiles

couverture de l'album Cavale vers les étoiles

Éditeur : Casterman

Scénario : Ryôma NomuraDessin : Ryôma Nomura

Collection : Sakka

Genres : Manga, Science-Fiction, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 11.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Cavale vers les étoiles narre la fuite d'une petite martienne increvable, échappée d'un laboratoire militaire, vers sa planète d'origine. Une jeune vendeuse de nouilles cyborg se retrouve embarquée dans sa cavale : les deux filles fuient les autorités de la couronne britannique, qui gouverne le monde, dans un road-trip sombre et survolté.

Réunis en un seul volume, les deux tomes de Cavale vers les étoiles nous entraînent dans une course-poursuite déjantée et désenchantée. Leur duo est tout à la fois classique et attachant : d’un côté, Kinu, une petite brute à couettes blondes survoltée et déterminée à retourner sur sa planète, de l’autre Roku, une adolescente plus calme aux jambes robotiques, archétype du personnage entraîné malgré lui dans une aventure qui le dépasse.

Les scènes d'action sont parfaites et la narration très rythmée, en dehors de courts passages sur la fin, où le manga s'essouffle un peu. On sent que Ryôma Nomura se régale avec ses personnages et on le suit bien volontiers dans ce voyage enlevé. Si le scénario s'appuie sur des ressorts classiques et que l'univers n'est pas particulièrement poussé, il sert de toile de fond à un récit d'action très jouissif. L'histoire s'achève sur une note curieuse, plus mélancolique, mais sans dénaturer le reste de l'œuvre.

Mélange d'influences cyber et biopunk, le dessin est à la fois très dynamique et plutôt difficile d'accès, avec un cachet volontairement crasseux. L'univers noir et sale est dépeint dans un trait raide où les proportions des personnages montrent un monde corrompu en train de s'émietter sous nos yeux.

Une lecture divertissante et pleine d'énergie pour se replonger avec délices dans une ambiance de science-fiction vintage.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants