ZOO
couverture de l'album

Série : #DRCL midnight childrenTome : 1/1Éditeur : Ki-oon

Auteur : Auteur adapté : Traducteur : Sylvain Chollet

Adaptateur : Clair Obscur

Genres : Fantastique, Manga, Seinen

Public : De 16 à 17 ans

Prix : 7.95€

  • ZOO
    note Zoo5.0

    Scénario

    5.0

    Dessin

    5.0
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Le synopsis du manga

Le mythe de Dracula revisité par un orfèvre du manga ! A la fin du xixe siècle, un vaisseau russe embarque d'étranges caisses remplies d'une terre à l'odeur pestilentielle. La traversée des océans est un calvaire pour l'équipage : disparitions et morts suspectes s'enchaînent. Certains parlent d'un fantôme... Quand le bateau parvient enfin à destination en Angleterre, il a tout d'une épave flottante. Alors que la police portuaire se lance à la recherche de survivants, elle tombe sur une énorme créature mi-homme mi-loup, qui disparaît comme par magie... Quelques instants plus tard, dans le cimetière de la ville, quatre élèves du prestigieux établissement Whitby assistent à une scène terrifiante : un de leurs camarades est capturé par une bête ténébreuse ! Seule Mina Murray, l'unique fille de l'établissement, a le courage de voler à son secours, mais il est déjà trop tard... Le brillant Shin'ichi Sakamoto (Ascension, Innocent...) revisite le mythe de...

Lire le synopsis

Mystère à Whitby

Le 8 juillet, plusieurs étranges caisses sont embarquées, au port de Vania, en Bulgarie, à bord du Demeter. Le 8 août, le bateau vient heurter le port de Whitby, en Angleterre, une créature à tête de chien s’en échappe…

Depuis sa parution en 1895, le chef d’œuvre de Bram Stoker, Dracula, n’a cessé d’inspirer une très impressionnante multitude d’adaptations en tout genre, sur tous les formats, qu’il s’agisse du cinéma, de la bande dessinée, des séries TV, des jeux et j’en passe et des meilleurs. Symbolisant à lui tout seule le genre vampirique, le célèbre comte fascine toujours aussi intensément ses innombrables fans. Chacun y va de sa version, accentuant ici l’horreur baroque, là son aspect archétypal, le prince des vampires est petit à petit devenu le réceptacle de tous un tas de fantasmes mâtinés de romantisme, de tripailles sauvagement extraites pour décorer un mur, de gouttes de sang sur une gorge et de tout un décorum qui se répète et se déforme au fil des décennies.

#DRCL midnight children T.1

© Ki-oon

Dracula 2.0 mode #DRCL

Toutefois, Shinichi Sakamoto se démarque nettement du lot, avec une proposition qui ne se contente pas de coller fidèlement à l’œuvre originale. Une vision décalée et somptueuse où Dracula, qui n’a plus rien du Dandy de Coppola, n’est ici qu’une bête agressive, à tête de chien, précédé d’étranges phénomènes à bord du Demeter. On n’est pour l’instant que dans un lointain rapport avec le vampirisme. On nage dans le symbolisme, dans les fioritures, voire même un peu dans le nébuleux. Le scénario se concentre plutôt sur Mina, seule élève féminine de la prestigieuse Whitby School, qui subit les humiliations d’un groupe d’élèves. Ces derniers semblant tous éprouver une profonde admiration pour la belle Lucy/Luke, la seule amie de Mina. Les références au livre de Stoker sont là, revisitées et même si on a l’impression de découvrir d’autres personnages, on n’évolue pas vraiment en terrain inconnu. Malgré tout, la démarche est claire, il ne s’agit plus du Dracula que l’on connaît.

#DRCL midnight children T.1

© Ki-oon

Les images mieux que les mots

Mais, bien au-delà du fond, de l’aspect révisionniste de ce premier volume, on est immédiatement subjugué par l’impressionnant graphisme qui nous avait auparavant ébloui sur Innocent ou encore Ascension. Ce premier contact visuel met tout de suite le ton. On est troublé par la précision du trait, des expressions, des détails, le réalisme des décors et cette justesse dans les cadrages, dans la mise en scène. Sakamoto nous délivre une magnifique performance qui transcende le scénario à travers des planches qui nous laissent sans voix. L’artiste travaille scrupuleusement ses ambiances, quitte à pécher par excès, complètement inscrit dans cette mouvance hyper esthétique qui fait son bout de chemin dans les mangas actuels.

Un bel ovni, un peu mystérieux, mais envoûtant.


La bande annonce sur l'album

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants