ZOO

Hellbound - L'enfer - T2 (Janvier 2022)

couverture de l'album

Série : Hellbound - L'enferTome : 2/2Éditeur : Kbooks

Scénario : Choi Kyu-sok, Sang-Ho Yeon

Genres : Manga, Manhwa, Seinen

Public : À partir de 16 ans

Prix : 14.95€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

Premier train pour l'enfer

Note ZOO 4.0

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Mardi matin, l’empereur, sa femme et le p’tit prince sont venu me voir pour… prophétiser ma mort dans Hellbound, chez Kbooks. 

Un homme vient de mourir en pleine rue bondée de Séoul, décarcassé, puis brûlé vif par trois démons brutaux, massifs et carnassiers. Il est dit que sa mort lui avait été annoncée peu avant, à la minute près. Les preuves visuelles de l’existence de ces exécuteurs infernaux  sont tout aussi accablantes et indéniables qu’incapables d’expliquer ni leur nature ni leurs intentions cachées. Un corps de police coréenne incrédule, mais professionnel jusqu’au bout, puis plus précisément un policier cassé par la vie, mobilisent leur esprit cartésien pour résoudre ce qu’ils considèrent comme un meurtre. La population voit ça comme un acte vengeur de dieu. En effet, une secte qui ne cache pas son implication dogmatique prône l’expiation divine forcée. Et si toutes les victimes étaient des criminels, changerions-nous notre façon d’appréhender cette tuerie ?


Extrait de Hellbound - L'enfer T.2 © 2020 YEON Sangho & CHOI Gyuseok Kbooks Edition 


Non de dieu

Hellbound profite de bases fantastiques pour subrepticement aborder de bien plus graves sujets théologiques. La piste principale, et le problème principal des enquêteurs, réside dans les agissements fanatiques d’humains endoctrinés incontrôlables. Quoi qu’extérieurement très typique du découpage d’un webtoon, le récit du réalisateur du Dernier train pour Busan est assez sobre, calme. Son découpage en vignettes alignées en colonne verticale encadre un récit qui encapsule visuellement ses personnages et  intensifie l’effet d’enfermement et d’éloignement d’entités qui se cloîtrent dans leur souffrance. 

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants