ZOO
couverture de l'album

Série : L'enfant en moiTome : 2/3Éditeur : Dargaud

Dessin : Mamoru AoiAuteur : Traducteur : Aline Kukor

Adaptateur : Eric Montésinos

Collection : Shojo Kana

Genres : Manga, Shojo

Prix : -1.00€

  • ZOO
    note Zoo4.0

    Scénario

    4.0

    Dessin

    3.0
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Liberté de donner la vie ou non

Parler aux adolescentes, en manga et avec finesse, de grossesse imprévue, c’est le défi que s’est lancé l’autrice Aoi Mamoru avec cette série dont voici le 2e tome. Un pari qui pourrait bien être réussi.

L'enfant en moi T.2

© Mamoru Aoi / Kodansha Ltd.

Sachi et Takara sont lycéens. Ils s’aiment et ils ont des relations sexuelles, protégées. Mais entre nausées et envies culinaires, Sachi découvre un jour qu’elle est enceinte. Que doit-elle faire ? À qui doit-elle en parler ? Doit-elle garder cet enfant ?

Un pari qui pourrait être réussi, car il est encore un peu trop tôt pour prendre position. Avec sept tomes en cours au Japon, la série est très loin d’avoir dévoilé son potentiel au tome 2. Il est possible que l’autrice puisse se rater. Mais pour l’instant, c’est plutôt une réussite.

Les garçons peuvent aussi assurer

Dans ce tome 2, Sachi ose se rendre en clinique obstétrique pour avoir la vérité sur sa situation. Takara, lui, comprend assez rapidement les choses et il peut donc commencer à se positionner. Et c’est là que se trouve la force de l’autrice qui n’impose aucune vérité. Elle propose un récit et des personnages tout en nuances, pétris de doutes. La postface est claire sur ses intentions : promouvoir le libre choix en matière d’IVG. Mais l’histoire, elle, se veut réaliste. Et donc complexe.

Pour porter cette complexité, Aoi propose un dessin simple, très fin et lumineux. Un dessin qui apaise et qui enveloppe. Juste le cocon qu’il fallait à ses personnages. L’Enfant en moi est donc, à ce stade, une œuvre à mettre entre toutes les mains, celles des adolescentes comme celles des adolescents.

Article publié dans ZOO Manga N°13 Mars-Avril 2024

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants