ZOO
couverture de l'album

Série : Laughing Under the cloudsTome : 1/3Éditeur : Panini Comics

Dessin : KarakarakemuriAuteur : Traducteur : Pierre Fernande, Akiko Indei

Collection : Shojo

Genres : Josei, Manga, Shojo

Public : À partir de 12 ans

Prix : 8.29€

  • ZOO
    note Zoo4.0

    Scénario

    4.0

    Dessin

    4.0
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Le synopsis du manga

Japon, début de l'ère Meiji. Depuis la fin de la guerre civile et l'interdiction du port du sabre, la criminalité n'a de cesse d'augmenter. Pour lutter contre ce fléau, une prison est construite au milieu du lac Biwa. Et c'est précisément le travail des frères Tenka, Soramaru et Chutaro Kumo que d'y conduire et escorter les criminels. Mais ils n'ont aucune idée du grand destin qui les attend... Karakara Kemuri, que l'on peut connaître en France après avoir vu son adaptation manga de Mars Red, a construit une partie de son parcours autour de sa licence la plus populaire : Donten ni Warau connu sous le nom Laughing Under the Clouds par le public occidental. Débutant en 2010, cette série a rapidement su trouver son public par son excellent mélange entre récit historique et folklorique au coeur de la bouillonnante ère Meiji. Ce manga en six volumes a eu tant de succès qu'une suite et un préquel ont été réalisés : Donten ni Warau Gaiden [3 volumes] et Rengoku ni...

Lire le synopsis

Entre histoire et fiction

Les frères Kumo, gardiens du temple d’Orochi au bord du lac Biwa à la fin du XIXe siècle, sont chargés de transférer les criminels de la terre ferme à la plus grande prison du pays, au centre du lac. Mais le passé recèle des secrets que les frères Kumo pourraient voir ressurgir en ces temps de changement.

Laughing Under the clouds T.1

© KarakaraKemuri/MAG Garden

À l’ère Meiji, le gouvernement japonais met fin au sakoku, la politique d’isolement volontaire du pays. Le Japon bascule dans une ère de modernisation à l’occidentale. C’est la fin de l’époque féodale. Lorsque l’édit d’interdiction des épées est promulgué en 1876, les samouraïs perdent le droit de porter leur sabre. Une partie de la population ne goûte pas du tout ces transformations radicales du pays. Certains deviennent de plus en plus violents et peu à peu, les prisons se remplissent. Là, s’arrête la part de réalité dans le récit.

Les frères Kumo

Tenka, Soramaru et Chutaro sont les gardiens du temple d’Orochi. Ils sont payés par le gouvernement pour transporter les malandrins de la rive à Goku Monjo, la plus grande prison du pays. Une mission accomplie avec brio par Tenka, l’aîné, qui entraîne également son cadet Soramaru à se battre. Soramaru a soif de satisfaire son aîné. Mais la route est longue, très longue, avant de le dépasser. Et sous le ciel du lac Biwa de plus en plus chargé de nuage noir, le garçon n’aura peut-être pas le temps d’achever son entraînement avant que la fin du monde n’arrive.

Un rire éphémère

Ce premier tome édité par Panini Manga contient un seul chapitre du manga éponyme. La seconde partie est une nouvelle intitulée « Un rire éphémère ». Cette nouvelle n’est autre que la préquelle de la série en 6 tomes de Kemuri.C’est à travers elle que les nuages noirs du Lac Biwa prennent leur sens, que la prison Goku Monjo revêt une nouvelle importance et que le lecteur comprend ce qui attend les frères Kumo. Présenter cette nouvelle comme un flash-back aurait parfaitement collé à l’histoire. Car si elle donne les clefs pour comprendre et pressentir la catastrophe à venir, toute l’intrigue ne se noue pas autour d’elle. En somme, les frères Kumo ne sont pas au bout de leurs surprises.

Classique dynamique

Le design de Laughing under the clouds colle à son époque. Les paysages sont denses et les trames sont nombreuses. Le tout est dynamique, mais manque pour l’instant de personnalité. La série, écrite et dessinée comme un shonen bon-enfant s’annonce comme une histoire dramatique sous un linceul de manga d’action. Cette lecture dynamique pourrait bien surprendre son lecteur…

Article publié dans ZOO Manga N°12 Janvier-Février 2024

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants