ZOO

Le Vieil homme et son chat - T5 : Le vieil homme et son chat retombent toujours sur leurs pattes (Octobre 2020)

couverture de l'album Le vieil homme et son chat retombent toujours sur leurs pattes

Série : Le Vieil homme et son chatTome : 5/6Éditeur : Casterman

Scénario : Nekomaki

Genres : Manga

Prix : 15.00€

ma collection
mes souhaits
série

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Daikichi, instituteur à la retraite, mène une vie paisible dans une ville côtière du Japon. Depuis qu’il est veuf, il partage son quotidien avec Tama, son vieux matou plein de bons sentiments, mais aussi ses amis et les autres greffiers du quartier. Un cinquième tome plein de tendresse et de bons sentiments.

Qu’est-ce qui relie un être humain et son chat ? La tendresse et le respect. C’est exactement le cas de Daikichi, instituteur japonais retraité, qui coule des jours heureux dans une petite ville côtière. Il partage son quotidien avec Tama, son chat de dix ans. Il lui est d’autant plus précieux depuis que le vieil homme a perdu sa chère épouse.


Ce cinquième tome semble mettre un terme à une série pleine de tendresse et de bonnes intentions. Un toubib débutant qui décide de revenir s’installer sur l’île où il a posé ses premiers diagnostics, de vieilles dames au quotidien rythmé par l’emploi du temps de la vieillesse, un ami hospitalisé… Daikichi ne sait plus où donner de la tête.

Heureusement, son chat Tama lui apporte calme et sérénité dans la douceur de leur domicile. Soigné par les câlins et les petits plats poissonneux et délicats que lui prépare son maître, le félin se vautre dans la vie et se fait le témoin des bonnes relations entre les vieux du village. C’est, comme de coutume depuis le premier tome, dessiné avec beaucoup de charme et de poésie et on se laisse couler dans cette histoire sans la moindre retenue.


Le vieil homme et son chat, c’est une histoire à lire et relire à chaque âge, à chaque période de la vie. Un dessin rond et rassurant pour se redonner de la vitalité quand elle a tendance à partir, ou garder le sourire quand il vient à faire défaut. Une sorte d’antidépresseur, en somme.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants