ZOO

Léviathan - T2 (Septembre 2022)

couverture de l'album

Série : LéviathanTome : 2/12Éditeur : Ki-oon

Scénario : Brian Michael Bendis, Szymon Kudranski, Shiro Kuroi, Alex Maleev, Eiji OtsukaDessin : Yu KinutaniColoriste : Brad AndersonTraducteur : Alex Ponthaut, Laurent Queyssi

Genres : Comics, Manga, Seinen

Public : Tout public

Prix : 9.95€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Au milieu de l’espace flotte inerte le Léviathan, un vaisseau de croisière heurté par des astéroïdes. Au rythme de la lecture du journal d’un passager, les explorateurs de l’épave découvrent le sinistre destin des derniers occupants, à savoir des enfants. En théorie, il n’en reste plus qu’un… mais lequel d’entre eux ?

Mettez Titanic, Battle Royale et Alien dans un shaker, secouez bien et vous obtenez Léviathan. Le scénario de survie horrifique de Shiro Kuroi se développe brillamment dans les couloirs désolés du vaisseau spatial en perdition. Et maintenant que tous les passagers encore vivants ont connaissance qu’un unique caisson de cryogénisation ne pourra sauver qu’un seul d'entre eux, la chasse à l’homme ne fait que commencer.

Graphiquement, c’est à la fois nickel et accessible pour les néophytes du manga. Les yeux des personnages ne prennent pas les trois quarts de leurs visages et les décors lugubres et froids du navire donnent un véritable cachet à l’ambiance visuel. La dominance du noir se reflète autant dans les couloirs du Léviathan que dans le regard de ses occupants.

Leviathan T.2

Leviathan T.2
© Ki-Oon, 2022

La solidarité ? L’entraide ? La camaraderie ? La responsabilité ? L’amitié ? Désolé, il n’y a plus aucune place pour ces valeurs à bord du Léviathan. Désormais, seule compte la survie. Faites subir ce calvaire à des enfants et vous obtenez quelque chose de démoniaque.
Si Kazuma est le personnage principal du récit, Futaba en est assurément le plus remarquable. Manipulatrice, sournoise, indépendante, intelligente, pragmatique et douée d’un instinct de survie impressionnant… elle cumule avec brio tout ce qui fait un personnage mémorable.
L’idée d’associer ce récit de survie à celui d’un journal lu par les archéologues de l'événement renforce ce besoin de connaître le fin mot de l’histoire.

Mention spéciale à la rapidité d’exécution. La narration de l’auteur évite efficacement les longueurs dans son histoire, notamment lors des flashbacks. Le chapitre 9 est une véritable réussite sur ce plan car capable de synthétiser en quelques pages ce que d’autres mangakas raconteraient en deux ou trois chapitres complets. Shiro Kuroi abrège son propos sans le survoler pour autant. Il y a chez ces enfants de l’émotion, de la nostalgie, du tragique, de l’amour, de la cruauté et de la violence refoulée… développer tout ça pourrait prendre du temps.
L’auteur réussit à tout traiter en une dizaine de chapitres et évite de faire traîner son histoire. Et le cauchemar n’est pas terminé…

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants