ZOO
couverture de l'album

Série : Roji !Tome : 4/9Éditeur : Ki-oon

Scénario : Keisuke KotobukiDessin : Keisuke Kotobuki

Genres : Humour, Manga

Public : De 6 à 11 ans

Prix : 9.65€

  • ZOO
    note Zoo3.0

    Scénario

    3.0

    Dessin

    2.5
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

Le synopsis de l'album

Yuzu et Karin sont deux sœurs au caractère très différent, l’une fofolle, l’autre sérieuse. Entre deux bagarres pour rire avec les garçons, elles enjolivent le quotidien à coup d’idées toutes plus farfelues les unes que les autres. Trouver un nouveau foyer pour des chatons abandonnés, débusquer une mystérieuse librairie qui n’ouvre qu’à minuit ou improviser une piscine sur un toit d’immeuble… aucun défi ne leur résiste !

Toujours accompagnées de Zanzibar, le plus grognon des chats du quartier, elles traquent les légendes locales et découvrent petit à petit que le merveilleux n’est jamais très loin…


La critique ZOO

Le quatrième tome de Roji ! poursuit ce qui a été mis en place dans les tomes précédents. Ce manga toujours distrayant et frais échoue encore à convaincre complètement.

L’intrigue se resserre autour des fées banches. Toujours sur leurs traces, Yuzu et ses amies tentent de comprendre leur fonctionnement et leur influence sur leur propre monde. Alors que les petites filles essaient de comprendre à quoi peut bien servir la barrette rouge étincelante que les fées ont offerte à Yuzu, une étrange petite fée noire fait son apparition. Qui est cette mystérieuse petite créature qui, selon ses dires, ne serait pas une fée mais une déesse ?

Cette fois-ci la déesse sert de fil directeur à l’histoire. Par rapport aux premiers tomes, le récit a une structure plus continue et suit le rythme d’une histoire plus longue coupée en petits chapitres. Pourtant, la magie présente dans le tout premier volume s’étiole. Ainsi des passages comme Un petit coin au chaud ou Un soir de neige offrent une respiration bienvenue mais deviennent trop rares.

Les décors, toujours succincts, ne permettent pas de prendre de repères dans la petite ville et le monde des enfants. Le côté peinture du graphisme s’il reste présent, lasse un peu en raison du manque de détails.

La série se poursuit par un tome toujours rafraîchissant et qui se lit agréablement. Toutefois, si le fil narratif est plus tendu, la série perd en magie et peine toujours à convaincre complètement. Reste le coup de théâtre final qui, s’il est exploité habilement, permettra d’apporter un peu d’épaisseur au récit.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants