ZOO

Sigurd et Vigdis - T2 : Le Kourgane

couverture de l'album Le Kourgane

Série : Sigurd et VigdisTome : 2/2Éditeur : Le Lombard

Scénario : NovyDessin : Benoît BlaryColoriste : Benoît Blary

Genres : Aventure, Heroic fantasy, Historique

Public : Tout public

Prix : 14.45€

ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 2.5

Scénario

2.0

Dessin

4.0

Lorsque l’ordre des Jomsvikings a compris qu’il aurait bien du mal à éteindre la rage de Sigurd, il a préféré l’envoyer plus à l’Est. Sigurd, Vigdis et leur troupe vont devoir ouvrir un comptoir sur les terres bulgares puis s’enfoncer plus loin vers l’Orient. Pour mener à bien cette mission, ils devront affronter des coups venant de toutes parts, dans cet épilogue nous laissant sur notre faim.

Nous attendions de deuxième tome une envolée mythique, un souffle légendaire. Nous n’avons au final qu’une bise venue du Nord. Les quatre premières pages de ce tome, comme celles du précédent, nous allèchent en nous annonçant la mise en scène d’une des plus grandes légendes nordiques...

En refermant l’album, l’impression d’être le corbeau d’une certaine fable s’installe, les flatteries en moins. Le scénario s’embourbe dans les neiges abondantes de l’Est et ne rejoint pas les premières pages de présentation. Nous découvrons l’histoire d’un groupe d’hommes et de femmes, certes courageux et épris de liberté, mais seulement partis fonder un petit comptoir commercial. Leurs aventures manquent du souffle épique que requiert la naissance d’une légende.

Heureusement, le trait léger de cette série, rappelant l’esquisse, est un vrai régal. Ses couleurs à l’aquarelle sont un véritable plaisir. Tout l’album vaut le détour pour ce dessin si particulier. Le lecteur, peu habitué à ce style si particulier, peut de temps à autre y perdre les personnages principaux. Malgré ce léger bémol, l’univers graphique est à apprécier sans attendre tant il confère une intemporalité aux héros et à leur histoire.

Cette fin de diptyque ne vaut pas pour l’apothéose de son histoire mais pour les traits prêtés à ces Vikings épris de liberté.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants