ZOO

Tôgen Anki - La légende du sang maudit - T1 (Février 2022)

couverture de l'album

Série : Tôgen Anki - La légende du sang mauditTome : 1/8Éditeur : Kana

Scénario : Yura UrushibaraDessin : Yura Urushibara

Collection : Dark Kana

Genres : Aventure, Manga, Shonen

Public : À partir de 12 ans

Prix : 6.85€

ma collection
mes souhaits
mes lectures
série

Fatalisme héréditaire ancestral mis à mal

Note ZOO 4.0

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Il y a deux façons de présenter des conflits mortels aux racines immémoriales entre deux camps radicalement opposés : la façon manichéenne et la façon Tôgen Anki.

Renvoyé de son lycée, Shiki méprise son père adoptif qui s’écrase un peu trop pour rattraper ses frasques constantes. Mauvais réveil pour le jeune garçon : il va découvrir à la dure que dans ses veines coule du sang d’Oni. Ce lignage réputé maudit lui octroie des capacités surhumaines, mais le submerge avec des instincts de violence faramineux. Face à lui, toute une agence d’humains aux capacités de combat
surnaturelles, descendants du Momotaro de la légende. Les héritiers de Momotaro et ceux des démons qu’il affrontait dans le conte continuent de se livrer une guerre totale impitoyable dans les recoins cachés d’un monde moderne inconscient. 

Black Kaisen wonderland

Le pitch est certes alléchant, bien que l’utilisation du conte de Momotaro ne soit qu’un simple habillage facilitant la consolidation constante du conflit, mais Tôgen Anki ne se contente pas de ça. L’auteur pioche dans de multiples œuvres annexes pour construire son univers. Publiée dans le Weekly Shonen Champion, magazine emblématique qui a notamment accueilli Black Jack, Prisonnier Riku et Beastars, certaines caractéristiques de la série feront penser un temps à Blue exorcist, à Black torch puis à Deadman Wonderland, jusqu’à ce que l’auteur assume sa plus grande influence : Jujutsu Kaisen. Entre style graphique, pouvoirs et affrontements, les parallèles sont légion, mais l’auteur de Tôgen Anki prend son indépendance en mettant l’accent avec justesse sur l’iniquité de cette guerre.



Extraot de Tôgen Anki - La légende du sang maudit T.1 © 2020 Yura Urushibara (AKITASHOTEN) Kana Edition



Déséquilibre idéologique

Qui sont les véritables monstres ?
Les humains assoiffés de sang, de bataille et de morts ou les démons cachés dans la société qui accumulent les sentiments de culpabilité ? Une potentielle perte de contrôle de personnes soi-disant maudites justifie-t-elle l’extermination systématique d’enfants qui ne portent pas forcément la trace de l’éveil de ces pouvoirs ? Et pourtant, ces chantres de la justice qui tuent à tour de bras en se prétendant humains n’ont-ils pas eux aussi des familles et des sentiments ? Comment cohabiter ? Comment se comprendre alors qu’un camp
nie totalement l’humanité de l’autre ? La série fait rapi­dement le choix crucial d’humaniser ses démons et d’avilir ses bienfaiteurs. 

L’outil de l’agonie

Les bases sont donc simples, les influences marquées et pourtant, la série choisit de creuser efficacement un thème qui en anime beaucoup d’autres sans jamais vraiment dépasser le stade de l’idée en l’air. Tôgen Anki tente concrètement de répondre à tout ça, ne se contentant pas d’agiter un héros idéaliste dans tous les sens, mais créant un univers qui se pose intimement ces questions, dans une douleur constante et constitutive. Si certains motifs restent simplistes, leurs résolutions donnent à penser.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants