ZOO

Décès de François Dermaut, le dessinateur des Chemins de Malefosse

C’est avec tristesse que les éditions Glénat nous ont fait part du décès de François Dermaut, âgé de 70 ans. Il est mort des suites d’une longue maladie.

Auteur incontournable et historique de la maison Glénat, François Dermaut, né le 9 novembre 1949, débute sa carrière sous le pseudonyme de Franjacq sous lequel il signe ses premières bandes dessinées, essentiellement chez Fleurus, où il rencontre notamment Didier Convard ou André Juillard. Il y publie notamment des adaptations d’Oliver Twist (1974), Les Misérables (1975) ou Jacquou le Croquant (1976). Il travaille également pour Pif Parade, Djin, Fripounet ou Triolo. C’est dans le magazine Circus des Editions Glénat qu’il crée, en compagnie de Daniel Bardet, en 1982, la série Les Chemins de Malefosse, qui va littéralement révolutionner la bande dessinée historique en inventant les codes modernes. François en dessinera 12 volumes jusqu’à 2004, créant une série intemporelle et populaire dont les ventes dépassent 1,2 million d’exemplaires.

Parallèlement il retrouve Didier Convard pour créer la série Souvenirs de Toussaint dont il dessinera trois volumes de 1990 à 1996. Illustrateur et aquarelliste de renom, il publie en 2003 Carnets de Saint-Jacques-de-Compostelle, une œuvre personnelle et qui lui tenait beaucoup à cœur, drôle et touchante, qui prend la forme d'un carnet de voyage intime. En 2007, François s’immerge à nouveau dans son univers de prédilection en publiant le diptyque Malefosse, coécrit avec Xavier Gelot et qui imagine la rencontre initiale de ses deux héros, Gunther et Pritz. Après avoir dessiné, tout en étant tombé malade, son diptyque Rosa, qui reste sans doute son chef-d’œuvre graphique et dont les albums sont sortis en 2015 et en 2019, François travaillait actuellement sur Lumière à Cornemule, un nouveau dyptique adapté du roman de Gilbert Bordes.

Les pensées de l'équipe de ZOO vont à sa famille et à ses proches.

Souvenir de François Dermaut

Souvenir de François Dermaut


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants