ZOO

Happy City: Joie et Urbanisme

En été, on cherche en général des jeux familiaux rapides et avec juste ce qu’il faut de stratégie pour ne pas se lasser. Tout droit venu du Japon, Happy City répond à ces critères avec des règles simples et évolutives.

L’objectif dans Happy City est de construire la ville apportant le plus de bonheur à ses habitants. Et la félicité d’une cité est manifestement facilement mesurable puisqu’il s’agit tout simplement de multiplier son nombre d’habitants par le plaisir apporté par les infrastructures. Ainsi une résidence, un hôpital ou un igloo (!) vont apporter de nouveaux habitants à la ville, alors qu’une bibliothèque, un Spa ou un zoo ajouteront des coeurs à votre métropole.

Le bonheur à un prix

Mais toutes ces constructions ont un coût, et vous aurez besoin de commerces pour dégager des revenus. Le souci est que la partie s’arrête dès qu’un joueur construit son 10e bâtiment. Le temps qu’on se construise un petit moteur de revenus confortables et c’est déjà terminé. Alors il faut optimiser ses choix et équilibrer la balance entre population et plaisir (à nombre de symboles équivalents, 4 habitants multipliés par 5 cœurs rapportent plus que 2 habitants et 7 cœurs).

Le plateau complet de Happy City

Le plateau complet de Happy City
© Cocktail Games

Deux niveaux de jouabilité

On peut jouer en mode familial, mais il existe aussi un mode expert. La différence repose sur une série de bâtiments spéciaux et uniques que l’on peut récupérer dès que notre cité compte le nombre de couleurs requises.

En mode familial, ces bâtiments vont juste apporter des revenus supplémentaires, des habitants et/ou des coeurs. Plus la carte demande de couleurs différentes, plus son apport sera important. Mais attention, une ville ne peut avoir qu’un seul bâtiment spécial et le choix est limité malgré les 18 cartes différentes existantes.

Le mode expert demande un peu plus de stratégie sur les bâtiments spéciaux dont les pouvoirs vont dépendre de la situation de votre ville ou de celles de vos voisins : l’escape game apporte un revenu si vous avez le moins de cartes jaune, le Taj Mahal donne 3 coeurs en fin de partie si vous avez le revenu le plus faible ou le château fait ruisseler 1 sou dans votre escarcelle chaque fois qu’un voisin en dépense au moins 4.

Avec ses 38 bâtiments spéciaux, le mode expert offre une belle rejouabilité et plus d’interaction dans l’observation des villes adverses pour leur retirer des opportunités trop évidentes. La recherche du bonheur passe parfois par le malheur des autres.

Article publié dans le Mag ZOO N°82 Juillet-Août 2021

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants