ZOO

Charlotte : l’histoire d’une vie en peintures

Le 9 novembre 2022, Charlotte sort dans les salles obscures. Réalisé par Tahir Rana et Eric Warin, ce long métrage d’animation est une bouleversante biographie de l’artiste Charlotte Salomon. Contrainte de fuir l’Allemagne nazie, la jeune femme décide de peindre sa vie, marquée par les suicides, la violence, la fuite. Une œuvre puissante.

La jeune Charlotte Salomon voyage en Italie dans les années 1930. Alors qu’elle visite la Chapelle Sixtine, elle s’allonge sur les dalles froides, les yeux perdus dans les splendeurs du plafond de Michel-Ange. Elle deviendra peintre. Bien que la jeune femme parvienne à intégrer les Beaux-Arts de Berlin, certains méprisent son art. Ses œuvres sont trop abstraites (ou trop visionnaires ?).

En 1993, tout s'effondre autour d'elle. Juive, elle est obligée de fuir en France. Seule bouée de secours au milieu de sa souffrance : la peinture. Afin de supporter le traumatisme familial et les horreurs du IIIème Reich, elle entame l’œuvre de sa vie...

Charlotte

Charlotte
© mk2 / Mile end, 2022

Charlotte est inspiré de l’histoire vraie de Charlotte Salomon et de son œuvre autobiographique titanesque : Leben? oder Theater? (Vie ? Ou Théâtre ?). Cette collection d’une centaine de gouaches retrace sa vie, ses souffrances, ses amours… Pour certains, Leben? oder Theater? serait le premier roman graphique de l’Histoire. Le long métrage est à l’image de Leben? oder Theater?, empli de violences psychologiques et historiques : descente nazie dans les rues de Berlin, deuil familial, colère, injustice...

L’œuvre de la jeune femme est présente dans tout le film, comme écho de ses sentiments. On découvre ainsi des tableaux dans leur contexte de réalisation, rendant d’autant plus fort leur message artistique. Des images d’archives sont présentées à la fin du long métrage pour ancrer dans la réalité ce destin dramatique.

Charlotte

Charlotte
© mk2 / Mile end, 2022

L’animation est parfois un peu maladroite, certains passages en 3D moins travaillés que l’ensemble. Mais les contrastes de couleurs, tour à tour très chaudes ou très froides, portent avec puissance la narration. L’effet papier canson et les larges traits noirs granuleux, pourtours des silhouettes, sont autant de clins d’œil aux œuvres de Charlotte Salomon.

Charlotte est un long métrage fort d'un point de vue émotionnel, miroir de la détresse d’une famille blessée et victime de l’Histoire.

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants