ZOO

Le Mystère des yeux masqués

Auteur(s) :
Vincent Mallié

Destruction à échelle humaine

Tu as choisi d'adopter un style semi-réaliste avec des décors très détaillés. Comment les as-tu travaillés ?

Pour les environnements qui existent, la Bretagne par exemple, j’ai travaillé avec beaucoup de documentation. Mais je ne voulais pas faire quelque chose de vraiment réaliste : c’est surtout de la composition, je voulais que les environnements dégagent quelque chose de vivant avant de ressembler à la Bretagne ! Créer des environnements féériques, paisibles.


Quelles ont été tes sources d’inspiration principales pour le monde du Petit Peuple ? Beaucoup de folklore breton ?

Justement pas tant que ça ! On ne voulait pas trop tomber dans le côté légende celtique. On voulait proposer quelque chose de différent : on a donc travaillé les échelles des personnages et du décor, faire du petit peuple un petit peuple au sens propre, d’où des racines immenses, etc. Pour ce qui est des vêtements, j’ai plutôt été chercher de l’inspiration du côté de civilisations anciennes, surtout les Incas.

Comment as-tu visuellement créé le personnage de Blanche ?

Régis et Jean-Blaise ont posé les bases du personnage : Blanche ne devait pas spécialement avoir l’air méchante, mais elle devait dégager quelque chose de menaçant, un peu dérangeant. Ils ont eu l’idée des lunettes de piscine, mais pour le reste j’ai designé le personnage. J’ai notamment pas mal travaillé sa manière de bouger, qui devait être froide, insensible. Ajouté au mystère des yeux masqués, ça fait un personnage très graphique finalement.

Vis-à-vis de Sombre, son frère, les as-tu travaillé en opposition, en négatif ?

Pas spécialement. Le design est venu assez simplement, parce que l’univers était déjà en place. Je me suis finalement beaucoup inspiré de mes enfants en fait !

Dans le dernier tome en date, on commence à découvrir les conséquences du tremblement de terre sur le monde…

Quand j’ai commencé à réfléchir à ces scènes, j’ai cherché dans mes souvenirs de lecture ce qui pouvait coller. Ici, je me suis un peu inspiré d’Akira, que j'adore. J’ai regardé la façon dont Katsuhiro Otomo a dessiné les effondrements, les structures, etc. Je m’étais calé là dessus en sachant que mes bâtiments ne sont pas des buildings de 100 étages. C’était plutôt le point de vue du mec qui est dans son appartement et qui le voit s’effondrer. Il n’y a pas de « plan monument » tiré d’un blockbuster. On reste à l’échelle humaine.

Quels projets pour l’avenir ?

Toujours Le Grand Mort. La série devrait compter 8 tomes, et je suis en train de travailler sur le sixième, qui devrait sortir en fin d’année. J’ai travaillé un temps sur La Quête de l’oiseau du Temps [dont il a réalisé deux tomes N.D.L.R.], mais c’était difficile en terme d’emplois du temps de cumuler les deux séries.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants