ZOO

Un Voyage pour une renaissance

Auteur(s) :
Jung

Date : 22/10/2015

Lieu : Paris

Une fiction intime et documentée

Comment sont nés les nombreux personnages du Voyage de Phoenix ?

Le « je », ressemblant à l’autobiographie, est toujours présent puisque l'histoire est racontée par le personnage de Jennifer. J'aime bien lorsqu'il y a un narrateur, les textes off me permettent d'entrer plus en profondeur dans les méandres de l'intimité de mes personnages. Ici, je voulais changer de peau, me mettre dans le rôle d'un personnage féminin, lui inventer une histoire et me réinventer une autre vie le temps d'un album. C'est ainsi qu'est née Jennifer.

Kim, Coréen adopté, fait le lien avec Couleur de peau : miel mais à travers lui, c'est surtout le personnage d'Aron, son père adoptif, qui m'intéresse. Aron privilégie Kim au détriment de sa propre fille, Chelsea. J'avais envie de parler de ce sujet délicat qu'est la préférence pour un enfant, même au-delà des liens de sang.

D’autres personnages font écho à des personnalités réelles. Pour le personnage de San-Ho je me suis inspiré de Shin Dong-hyuk dont j’ai lu le livre autobiographique Rescapé du camp 14. L'histoire des réfugiés de Corée du Nord me touche et me bouleverse en même temps. Ça faisait longtemps que j'avais envie d'évoquer et mettre en lumière cet aspect que peu de gens connaissent.

Pour le père de Jennifer, je me suis inspiré de l'histoire vraie de plusieurs marines qui ont déserté l'armée américaine dans les années 60 pour passer en Corée du Nord.

Le voyage de Phoenix est une fiction, mais documentée. C'est sans doute aussi pour cette raison que mes personnages semblent réels.

Pourquoi traiter de l’actualité de ce conflit Nord-Coréen ? Avez-vous hésité à en parler ?

Je l’ai fait sans aucune hésitation. J'estime que le rôle d'un auteur, artiste ou cinéaste est d'oser dire tout haut ce que la majorité des gens pensent tout bas. Arriver à mettre des mots, des images sur ce qui peut paraître abstrait, voire insupportable pour les autres.

Mais ce travail, je le fais d'abord pour moi. Quel sens donner à sa vie après avoir vécu un traumatisme ? Comment retisser le fil interrompu de la vie ? Comment se reconstruire ? Je n'apporte pas toujours de réponses, mais ces questions qui sont posées dans mes livres ont le mérite de faire réfléchir.

Pourquoi vous pencher particulièrement sur le sort des femmes échappées de Corée du Nord ?

Tout simplement car la majorité des réfugiés de Corée du Nord sont des femmes. Elles arrivent à s'échapper via des passeurs qui les revendent sans qu'elles le sachent à des réseaux de prostitution en Chine.


Le sujet des migrations est un sujet particulièrement d’actualité : pensez-vous que votre voyage de Phoenix apporte un nouvel éclairage au tableau ?

Oui, car on sait peu de choses sur les réfugiés de Corée du Nord, ce qui est pourtant d'actualité. Et en même temps, je n'ai aucune solution à apporter au problème, je peux simplement l'évoquer.

Quand je regarde les informations, je suis attristé par ce que je vois, notamment par l'exode des migrants. L'histoire se répète. Dans notre monde, les enjeux politiques et économiques sont plus importants que l'humain. Ce qui me dépite, c'est de constater que l'homme ne changera pas.

Néanmoins, si chacun dans son petit périmètre pouvait ouvrir les yeux, se poser les bonnes questions sur le sens à donner à sa vie et son rapport aux autres, peut-être que les choses évolueraient. Comme un puzzle qu'on déciderait de faire ensemble... Encore faudrait-il faire le même. Mais bon, c'est utopique et peu probable, alors je vis dans mon imaginaire dans lequel je peux rêver d'un monde meilleur.



Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants