ZOO

Relation Cheap, une rencontre 2.0

Lieu : Angoulême

L’Humour comme point commun

Quelle est la part de vérité et de fiction ?

Elosterv : Les dialogues sont enjolivés pour la fiction mais ils reflètent bien la réalité. Dans l’album, on fait semblant de se rencontrer pour la première fois mais on s’était déjà croisés en festival.

Davy : Quand on s’est rencontrés au festiblog, j’avais vraiment la sensation que ça allait être une nouvelle rencontre même si on s’était déjà rencontré avant. J’avoue que je stressais un peu.

Elosterv : Toi tu as plus de facilité à parler avec les gens derrière un ordinateur. C’est ce qu’on dit aussi dans la BD, moi j’aime bien sortir, faire la fête, rencontrer des gens, boire de l’alcool !

Davy : Alors que moi j’aime bien travailler, boire du coca et jouer aux jeux vidéo, seul. Mais on a des points communs.

Oui comme l’humour !

Davy : Cette BD c’est vraiment nous : on n’en a pas enlevé, pas rajouté. Notre humour c’est du trash désabusé. En 1999, j’avais apporté aux éditions Vents d’Ouest une histoire aux crayons de couleur, très mignonne. Le mec pensait que c’était pour les enfants mais c’était une histoire de pédophilie. Le lecteur s’attend à quelque chose de mignon et à la fin paf ! Mais il a trouvé ça bizarre, me disant « Heu non, faut pas faire ça ! ». Depuis j’ai gardé ce truc !

Elosterv : J’ai rencontré beaucoup de gens qui pensaient que je faisais des trucs pour les enfants mais ne connaissaient pas mes propos. J’aime bien le décalage entre le dessin tout rond, tout mignon et des histoires qui se finissent de manière graveleuse ou un peu violente.

Vous vous rejoignez sur le côté pessimiste de l’amour même si vous avez des visions différentes…

Davy : Oui... d’ailleurs c’est vrai qu’on a tous les deux écrits une histoire où l’on s’arrache le cœur. J’ai créé ce récit pour la BD mais je l’avais déjà inventé avant lors d’une rupture.

Elosterv : Ce sont des histoires que j’avais écrites post-rupture. J’étais en colère après les relations amoureuses : j’avais envie de mettre à mal l’image du couple. Maintenant que je suis en couple, je suis hyper gnangnan !

Davy, vous êtes aussi un fou de travail. Comment vous organisez-vous ?

Davy : Je suis un nazi du travail. J’aime bien les plannings, j’aime bien les google docs, j’aime bien les alarmes. J’aime pas quand les gens sont en retard, quand c’est mal organisé…


Quels sont vos projets ?

Elosterv : Je me suis lancée dans des choses plus jeunesse et ado. Mon blog Dada Dirla Dada va paraître aux éditions Lapin en juin et j’ai un album jeunesse qui sortira dans l’année.

Davy : Le tome 4 de La Petite Mort sortira fin 2016 et la série sera adaptée en dessin animé. Je m’occupe aussi de la collection « Une case en moins » aux éditions Delcourt dont la ligne sera d’éditer des gens qui ne viendraient pas à la bande dessinée normalement. Des personnes qui font des vidéos youtube, de la musique, de la télé ou de la scène et qui ont envie de raconter des histoires mais qui ne savent pas faire de la BD.

Et Elosterv fait aussi un livre où elle explique la pédophilie aux personnes âgées.

Elosterv : Il ment !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants