ZOO

Le Chien qui louche (Octobre 2013)

couverture de l'album Le Chien qui louche

Éditeur : Futuropolis

Scénario : Étienne DavodeauDessin : Étienne Davodeau

Public : À partir de 16 ans

Prix : 20.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.5

Dessin

3.0

Dans un conte moderne, Etienne Davodeau narre l’édifiant destin du Chien qui louche. Cette croute somptueuse a été peinte par un ancêtre de la famille Banion dont Fabien, gardien au Louvre, courtise la descendante. Chez les Banion, on aimerait bien accrocher le lévrier bigleux près de la Joconde. Une balade rafraichissante dans le temple de l’histoire de l’art et de ses mystères.

Il aurait mieux fait, Fabien, de ne pas aller faire coucou à la famille de sa copine Mathilde. Chez les Banion, rois du meuble, on a une certitude toutes générations confondues. Le tableau au grenier, Le Chien qui louche, est sûrement un chef d’oeuvre. Il faut qu’un spécialiste comme Fabien, gardien au Louvre, se charge de faire reconnaitre le génie de pépé Banion.

Plus curieux encore, Fabien est contacté par un habitué de la pyramide, Monsieur Balouchi. Il va le convaincre que Le Chien qui louche pourrait bien avoir sa place au musée sous la houlette d’une association toute puissante, La République du Louvre.

On aurait tendance à croire que Davodeau a grillé un fusible. Pas du tout. Son Chien qui louche a toutes les vertus des bonnes histoires. Au premier abord, l’odyssée de ce tableau horrible est un peu tirée par les cheveux. Encore que. On y croit finalement à sa République, à sa famille Banion et ses dérangés du bocal, à son Fabien qui essaye de s’en tirer sans dégats, à sa fin rigolote et astucieuse.

Etienne Davodeau, très en verve, a signé et dessiné une comédie alerte avec des personnages hors normes dans un lieu mythique. Une belle pirouette intellectuelle en forme de nouvelle que n’aurait pas reniée Maupassant.

Une nuit au Louvre
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (3)

note de la critique de L'historien

Je profite de la sortie du nouveau "Davodeau" pour me replonger dans l'un de ses derniers albums humoristiques... Il y a du bon mot, des contre-pieds scénaristiques basée sur une histoire totalement loufoque...

Posté le 10/11/2017 à 10h23

note de la critique de nicholas

Alors qu'Etienne Davodeau aurait pu tomber dans le piège du poids du cadre du Louvre, il a reussi à prendre à contre-pied ce musée aux dizaines de kilomètres de couloirs et de salles en faisant une fiction, une comédie légère. Pourtant des sujets de fonds sont traités, notamment ce qui fait qu'une oeuvre mérite d'être accroché au mur du louvre, ou inversement ce qui fait qu'une oeuvre ne le mérite pas.

Et puis, j'ai adoré la mise en lumière du rôle de gardien, un métier à la fois ingrat et invisible. Combien de fois me suis-je pôser lors de visites de musées la question de comment le gardien de musée vit son métier. Merci à Davodeau d'avoir traiter ce sujet tout en sourire.

Posté le 30/11/2013 à 17h49

note de la critique de mydear

Il y a de l'humour dans cette nouvelle BD de Davodeau. L'exercice de style dans le cadre du Louvre est pleinement réussi, avec de l'originalité, des contre-pieds, des clins d'oeil à la BD en tant qu'art... notamment quand un des membres de la République du Louvre dit "On dirait un dessin de BD", ce à quoi un autre répond : "N'exagérons rien, mais c'est vrai que c'est assez maladroit". Fantasque :-)

Posté le 20/11/2013 à 23h02