ZOO

Le Bleu est une couleur chaude (Octobre 2013)

couverture de l'album Le Bleu est une couleur chaude

Éditeur : Glénat BD

Scénario : Julie MarohDessin : Julie MarohColoriste : Julie Maroh

Collection : Hors Collection

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 16 ans

Prix : 17.50€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.5

Dessin

4.5

Difficile de passer à côté de la BD Le Bleu est une couleur chaude. Prix du public au festival d'Angoulême, palme d'or à Cannes pour son adaptation en film La vie d'Adèle.... Cette bande dessinée a déjà énormément fait parler d'elle. A juste titre.

La réédition du Bleu est une couleur chaude, signé Julie Maroh, est l’occasion idéale pour de s’y replonger sans une once d’hésitation. Ce superbe roman graphique est l'un de ces albums trop rares, capable de traiter intelligemment d'un sujet de société tout en plongeant le lecteur dans l'intimité de son personnage principal.

On entre ainsi dans la vie de Clémentine, jeune ado en proie aux doutes depuis qu'elle a croisé la route d'Emma, une jeune fille aux cheveux bleus. Son souvenir l’obsède, la hante, mais face à la peur du jugement, Clémentine en vient à se questionner : Pourquoi elle ? Est-elle homosexuelle ? Comment vivre dans une société qui ne la reconnait pas pour ce qu'elle est ?

Le lecteur se laisser happer par l'histoire de cette jeune fille et grandit avec elle, à mesure qu'elle s’accepte.

Le récit, qui suit le journal intime de Clémentine, est ici superbement maîtrisé, parfait de finesse et de justesse. Il est, surtout, merveilleusement bien accompagné par le trait, réaliste et doux, de Julie Maroh. Jusqu'au titre, qui trouve constamment écho dans le dessin : si ça n'était le bleu, l'album serait uniquement en nuances de gris.

Seul bémol, mais qui n'enlève rien à la qualité de la bande dessinée : on regrettera que cette réédition n'apporte pas grand chose de plus que l'album original. On aurait aimé avoir droit à quelques story-boards du film ou autres bonus, plutôt qu'à une couverture plastifiée.

Bien avant de traiter d'un sujet de société, Le Bleu est une couleur chaude narre une superbe histoire d'amour avec ses joies et, surtout, ses peines.

Les histoires d’amour finissent mal (en général)
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de SuperMax

Roman graphique publié par Glénat en 2010, « Le bleu est une couleur chaude » connaît depuis quelques mois un formidable succès en France suite au triomphe de son adaptation au cinéma (« La vie d'Adèle »), récompensé par la Palme d'or du Festival de Cannes en 2013.Un succès amplement mérité au vue de la qualité de l'ouvrage, tant au niveau graphique que scénaristique. Julie Maroh nous plonge l'espace d'une centaine de pages dans une histoire d'amour bouleversante entre Clémentine, adolescente attachante et un peu déboussolée, et Emma, lesbienne assumée arborant une envoûtante chevelure bleue et dont le chemin ne cesse de croiser celui de la jeune fille. Entre les deux femmes, le coup de foudre est immédiat et il en va de même pour le lecteur qui ne peut que se laisser emporter et émouvoir par le récit de cet amour passionné. Julie Maroh se consacre ici au thème délicat de l'homosexualité avec subtilité et sensualité pour nous offrir une véritable ode à l'amour et à la tolérance.

Un ouvrage bouleversant dans lequel Julie Maroh traite d'un sujet épineux avec un talent et une sensibilité remarquables.

Posté le 08/10/2013 à 22h03