ZOO

Les Cobayes (Janvier 2014)

couverture de l'album Les Cobayes

Éditeur : Dargaud

Scénario : Tonino BenacquistaDessin : Nicolas Barral

Genres : Humour, Polar / Thriller

Public : À partir de 12 ans

Prix : 17.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Au bord de la banqueroute, acculés par le manque d’argent, deux hommes et une femme ont accepté, moyennant finance de devenir les sujets d’une expérience médicale. L’anxiolytique qui les rendra plus performants va cependant changer radicalement leurs vies. Ce sujet de société intelligemment détourné met à mal les industries pharmaceutiques.

Les Cobayes. En acceptant de signer pour 21 jours d'hospitalisation, c’est ce que sont devenus les héros de cet album au titre sans équivoque : des cobayes, de simples rats de laboratoire. La promesse d’un chèque de 3500 euros et la perspective de sortir de l’ornière ont conduit Romain, Daniel et Moïra à consommer le M2C2T, un médicament qui devrait bientôt arriver sur le marché.

C’était sans compter sur ses effets secondaires… Les faiblesses de nos héros, intelligemment mises en avant lors de leur long séjour au sein du laboratoire pharmaceutique Scott-Dumaz, vont peu à peu devenir leurs forces… et bouleverser leur façon de vivre.

Après Dieu n’a pas réponse à tout, Benacquista et Barral signent ici un one-shot efficace et nerveux. Au rythme volontairement lent des premières pages, où nos héros coupés du monde sont placés face à leurs regrets, succède une accélération bienvenue. Nos trois cobayes reprennent goût à la vie, au point de se mettre en danger.

On retrouve au scénario la patte unique de Benacquista , prenant le lecteur à contrepied en détournant un sujet somme toute classique. Quant au trait précis et réaliste de Barral, ses couleurs et son découpage maîtrisés, il confèrent à cet album un aspect tristement crédible et donne à l’industrie pharmaceutique un côté inhumain.

Le plus grand regret, ici, est finalement de constater que cet album est un one-shot, alors qu’on aurait aimé avoir droit à une suite.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants